Aller au contenu principal

Tribune
«Pour une Pac équilibrée soutenant les grandes cultures»

Alors que la présidence portugaise ambitionne de finaliser les arbitrages sur la PAC durant son mandat et que les discussions s’accélèrent au niveau national pour définir le Plan stratégique national (PSN), les présidents des Associations de grandes cultures : l’AGPB, l’AGPM, la CGB et la Fop en appellent à une Pac équilibrée qui soit réellement au service de la souveraineté de la France et de l’Europe.

«La souveraineté alimentaire a été remise au cœur des préoccupations de nos dirigeants et de nos concitoyens à la lumière de la crise sanitaire que nous traversons depuis un an maintenant. Nos filières de production n’ont jamais cessé d’alimenter nos marchés, qu’ils soient locaux ou internationaux, démontrant ainsi leur performance et leur organisation dans tous les territoires. Céréales, oléagineux, protéagineux, betteraves, sont à la source d’importantes chaines de valeurs, des collecteurs de grains, aux élevages et industries des premières et secondes transformations, sans oublier l’export vers l’Europe ou le reste du monde. Nos productions couvrent 22 % du territoire, génèrent 21 milliards d’euros de valeur ajoutée et génèrent 460 000 emplois. Elles contribuent également à lutter contre le changement climatique en absorbant de grandes quantités de CO2 et en restituant du carbone dans les sols. Moins d’un smic par an ! Malheureusement, en dépit de son excellence et sa performance technique et sanitaire, notre agriculture est exsangue. Avec moins d’un smic en moyenne par an ces huit dernières années, les revenus moyens des producteurs de grandes cultures sont historiquement bas. C’est purement intolérable ! Dirigeants et citoyens doivent en prendre conscience : les artisans de leur alimentation, de leur énergie verte et de leurs matières premières naturelles, ne gagnent pas leur vie. Comment en sommes-nous arrivés là ? D’abord, le secteur des grandes cultures a fait les frais de choix purement politiques et idéologiques lors des deux précédentes réformes de la Pac : c’est une somme faramineuse d’1 milliard d’euros par an de perte directe pour les grandes cultures par rapport à 2007 ! Aujourd’hui, en moyenne, les aides aux exploitations de grandes cultures sont inférieures de 30 % au montant moyen des aides en France. Ensuite, le potentiel de production français est aujourd’hui mis en difficulté par une avalanche de contraintes, de limitations, voire la disparition des moyens nécessaires au développement et à la protection des cultures. L’accès à l’innovation reste également hypothétique dans un contexte de défiance généralisée alors que notre alimentation est connue pour être l’une des plus sûres au monde. Rappelons que les aides de la Pac sont octroyées aux agriculteurs en contrepartie de leur engagement pour l’alimentation de nos concitoyens et de la transition agroécologique. Elles sont indispensables, non seulement aux revenus des exploitants, mais surtout à la pérennité d’une agriculture française capable de nourrir toute la population et pas seulement les plus aisés.

Alors, à la veille d’arbitrages majeurs sur le PSN pour la période 2023-2027, nous alertons avec force tous les acteurs sur les dangers pour la pérennité de nos filières céréalière, sucrière ou oléoprotéagineuse. Les propositions des services du ministère mises sur la table dans le cadre du PSN risquent de pénaliser à nouveau les exploitations de grandes cultures : rythme de la convergence des aides, taux de paiement redistributif, accès à l’écorégime… autant d’orientations délétères pour nos productions. Nous demandons une Pac basée sur une approche économique et responsable, intégrant des dynamiques de filières et de territoires. Aussi, nos demandes sont les suivantes :

- le revenu des producteurs de grandes cultures doit être sécurisé par les aides du premier pilier, l’augmentation des transferts vers le second pilier doit donc cesser

- la convergence des aides doit être limitée et compensée pour les situations les plus impactées

- les aides couplées doivent être adaptées afin de compenser les effets de la convergence et favoriser la structuration des filières, voire par le développement de programmes opérationnels

-  l’écorégime, destiné à accompagner la transition agroécologique, doit être accessible à tous et sans distinction de modèles, avec la reconnaissance de schémas de certifications tels que la certification environnementale de niveau 2 et la certification maïs. Aussi, la certification des pratiques, telle la certification environnementale de niveau 2, la certification maïs, comme le recours à des pratiques agronomiques vertueuses doivent permettre l’accès à ces programmes

-  le taux du paiement redistributif doit être limité à 10 % et s’appliquer jusqu’à la dimension moyenne des exploitations françaises (63 ha)

-  une protection des exploitations face à la multiplication des aléas grâce au développement des outils de gestion des risques et, plus particulièrement, de l’assurance climatique, avec un déclenchement dès 20 % de pertes (Omnibus)

- un soutien amplifié à l’investissement pour les exploitations de grandes cultures afin de favoriser les transitions.

Nous attendons du ministre de l’Agriculture une position claire en faveur d’une agriculture forte, productive, structurée et organisée, porteuse de valeurs pour nos territoires et au service de l’ambition de notre pays en Europe et dans le monde. Bref, une agriculture durable dans toutes ses composantes :
le respect de l’environnement et la préservation du climat, une économie saine, et une utilité sociale. Cette durabilité passe d’abord par celle de nos exploitations. Il est urgent que nos dirigeants en prennent pleinement conscience et arrêtent de les ponctionner au profit de modèles décroissants, fantasmés et en totale inadéquation avec les enjeux démographiques et climatiques de notre temps.» 

 

Denis Bully, FDSEA 80 : «La future Pac ne doit pas servir à créer des distorsions entre territoires» 

Alors que les discussions se poursuivent au niveau national autour du PSN pour la période 2023-2027 et la future Pac pour un partage juste entre les préoccupations des secteurs des grandes cultures et de l’élevage – cela ne se fait pas sans tensions –, le débat s’est invité aussi lors du bureau de la FDSEA de la Somme, qui s’est tenu lundi 22 mars. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à la lecture des premières orientations prises par le ministère de l’Agriculture, les choses ne sont pas vraiment de nature à rassurer. Président de la FDSEA 80, Denis Bully dit «craindre une baisse des aides Pac du 1er pilier par rapport au niveau des aides que l’on perçoit jusqu’à présent». La raison de cette baisse attendue et si redoutée ? Le conditionnement d’un montant de l’aide au dispositif de l’écorégime (ecoschemes). Celui-ci pourrait, en effet, conditionner entre 20 et 30 % des aides Pac du 1er pilier à la diversité des cultures sur une exploitation et à l’adhésion à une démarche de certification de type HVE. L’ambition de la future Pac est, à n’en pas douter, d’amener les agriculteurs à s’engager dans un changement de pratiques et basculer dans l’agroécologie. Or, pour Denis Bully, «si la ferme Somme peut atteindre les objectifs fixés en matière de diversité des cultures – on ne fait pas que des betteraves et des pommes de terre, loin s’en faut», le président de la FDSEA redoute l’obligation de la certification environnementale à son niveau le plus élevé : «On est en train petit à petit de pousser les agriculteurs vers la certification HVE, mais il ne faudrait pas que ce soit un piège qui, au final, ne sera pas reconnu pour prétendre à des fonds publics», rappelle Denis Bully. 
Son autre inquiétude, partagée avec les membres du bureau de la FDSEA est de voir une opposition s’installer entre des fermes de grandes cultures et des fermes d’élevage, «encore nombreuses et importantes pour notre département». En ce qui concerne le 2nd pilier de la Pac – lequel pourrait se trouver renforcer par un transfert d’une partie du budget du 1er pilier –, le président de la FDSEA 80 continue de défendre l’éligibilité de certains territoires de la Somme à l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) : «Ok pour que le 2nd pilier soit plus important, mais la condition, c’est que des territoires comme la Vallée de la Somme, les coteaux calcaires, les bas-champs y soient éligibles. Il n’y a aucune raison pour que ces territoires soient moins bien dotés que les zones de montagne, par exemple. La Pac ne doit pas servir à créer des distorsions entre territoires.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde