Aller au contenu principal

Consommation
Pourquoi Peta veut le même prix pour tous les laits chez Starbucks

Derrière la demande de l'association de défense des animaux à Starbucks de vendre au même prix les boissons composées de lait de vache ou de laits végétaliens se cache de manière à peine dissimulée une nouvelle attaque de l'ONG contre l'élevage laitier.

Starbucks
La question du prix des boissons proposées par Starbucks contenant du lait vegan est régulièrement posée par Peta et donne lieu à des attaques systématiques contre l'élevage laitier.
© Starbucks

L'association de défense des animaux Peta n'en finit pas de surprendre. Il y a quelques jours, elle a en effet relancé une pétition en ligne demandant à la chaîne américaine de cafés Starbucks « d'arrêter de facturer du lait végétalien », peut-on lire sur son site web. « C'est génial que Starbucks propose autant d'options de lait végétalien délicieux comme le lait de coco, de soja, d'amande ou d'avoine dans certains magasins, mais les clients ne devraient pas avoir à payer plus pour avoir du lait sans produits laitiers dans leurs boissons », détaille Peta.

Si certaines bonnes âmes y voient une manière de démocratiser les « laits alternatifs » et vegans en les mettant au même niveau que les laits de vache, la volonté à peine voilée de l'association Peta est de s'en prendre à la fabrication du second. Une fois de plus.

En 2017, par exemple, une campagne de com' en vidéo de Peta avait fait scandale. L'insémination artificielle pratiquée en élevage laitier était comparée à un viol et les vaches laitières qualifiées de « mères ». En parcourant le site web de l’association, d’autres messages servent encore aujourd’hui tout autant à discréditer la production laitière.

Dans sa croisade contre Starbucks, les mots choisis par Peta sont eux aussi une fois encore suffisamment explicites pour que l'attaque soit également orientée vers l'élevage : « Plus de gens que jamais abandonnent les produits laitiers et deviennent végétaliens pour aider les animaux, protéger l'environnement et améliorer leur propre santé ». Or, « en facturant des frais supplémentaires pour les laits végétaliens, Starbucks dissuade probablement certaines personnes de les essayer », regrette Peta.

Dans la proposition de texte qui accompagne la signature de la pétition, l'ONG demande à ce que « les clients ne devraient pas avoir à payer plus pour choisir une option saine, respectueuse des animaux et de l'environnement (…) Starbucks devrait encourager des clients à choisir des laits végétaliens respectueux des animaux plutôt que du lait de vache ». Et l'association de citer un certain nombre d'enseignes et de marques proposant « déjà du lait sans produits laitiers sans frais supplémentaires ».

En décembre 2019, Peta avait déjà annoncé son intention d’entrer au capital de Starbucks pour, explique-t-elle dans des documents d’archives, avoir un droit de regard sur les activités de la chaîne, et contester une différence de prix entre les boissons préparées à base de lait de vache et les autres types de lait.

A ce jour, la pétition lancée par Peta à l’encontre de Starbucks a atteint 138 059 signatures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde