Aller au contenu principal

Pulvérisateurs : bien choisir sa pompe

Il existe une diversité de pompes sur le marché. Chacune avec son lot d’avantages et d’inconvénients.

«Du débit, de la pression et une bonne capacité d’amorçage : ce sont les trois qualités que l’on demande à une pompe de pulvérisateur en grandes cultures», précise Laurent Vigouroux, responsables produits chez John Deere. Et toutes les pompes n’ont pas vraiment réellement les trois réunies.

Le marché des pulvérisateurs agricoles utilise principalement deux types de pompes : les modèles centrifuges et les pompes à pistons-membranes. Hardi-Evrard se distingue avec des pompes à membranes, héritage de la marque danoise, mais dont les propriétés sont proches de celles des modèles à pistons-membranes. La pompe centrifuge est une pompe rotative aspirant par le centre et refoulant en périphérie. C’est la rotation des aubes qui la composent, qui permet le refoulement en utilisant la force centrifuge. Le refoulement engendre une dépression et donc l’aspiration. Plus la rotation est importante, plus le débit est élevé. Ce type de pompe permet d’aspirer de gros volumes avec un mécanisme relativement peu encombrant. En revanche, l’absence de cloison physique entre l’aspiration et le refoulement a deux conséquences. Dès lors qu’il y a des freins au refoulement, comme un filtre à maillage fin ou des buses demandant des pressions de fonctionnement élevées (buses à injection d’air par exemple), le débit diminue rapidement. «Une pompe de 800 l/mn descend à 250 l/mn, lorsque l’on travaille à 2,5 bars avec des buses à injection d’air», illustre François-Xavier Janin, chef de produits pulvérisateur pour Berthoud et Tecnoma.

L’autre impact concerne l’aspiration : la pompe centrifuge doit être gavée d’eau pour s’amorcer et entamer l’aspiration dans une réserve positionnée plus bas que la pompe, comme dans le cas d’une citerne d’eau enterrée. Pour le gavage, certains constructeurs retiennent une petite pompe à pistons-membranes, opérationnelle au moment de l’amorçage. D’autres utilisent différents artifices. «La pompe centrifuge biturbine Omega de Berthoud dispose de deux compartiments (basse et haute pressions), ce qui lui permet d’être suffisamment gavée en eau pour amorcer le pompage», explique François-Xavier Janin. «Sur les pulvés traînés John Deere 700 R et 900 R, en positionnant la pompe juste en dessous du point le plus bas de la cuve, la pompe s’amorce toute seule», indique Laurent Vigouroux. «On peut s’aider de la cuve de rinçage pour amorcer», remarque Luc Monville, directeur commercial et marketing Kuhn Blanchard.

 

La pompe à pistons-membranes est autoamorçante

En revanche, la pompe centrifuge présente l’intérêt d’être sans entretien. Ce qui n’est pas le cas de la pompe à pistons-membranes, dont il faut vérifier le niveau d’huile régulièrement. Selon l’intensité d’utilisation, une vidange, le remplacement des membranes, ainsi que la vérification de l’état des soupapes doivent être réalisés tous les un à cinq ans : compter deux à quatre heures de travail.

Selon les modèles, la pompe se compose de deux à six pistons-membranes. Animé par la prise de force, le piston immergé dans l’huile est solidaire d’une membrane qui fait varier le volume de la chambre de pompage. Une soupape d’aspiration en amont et une seconde de refoulement n’autorisent qu’un flux unidirectionnel du liquide. De ce fait, la pompe à pistons-membranes présente l’avantage d’être autoamorçante, en générant un effet d’aspiration par vide d’air.

 

Des pompes multitâches ou spécifiques

En outre, les pompes à pistons-membranes souffrent peu de la chute de débit avec des buses exigeant des pressions élevées. Cependant, pour atteindre des débits élevés, il faut un modèle de grosse dimension ou doubler, voire tripler le nombre de pompes. «En fait, le débit important n’est utile qu’au remplissage, explique Emmanuel Lévêque, chef produits pulvé Amazone. Et ça vaut principalement pour la fertilisation azotée. Pour les produits phytosanitaires, c’est bien souvent l’incorporation qui est le facteur limitant. Nos appareils haut de gamme disposent de deux pompes à pistons-membranes, l’une pour l’agitation, l’autre pour la pulvérisation. Au remplissage, qui peut s’effectuer simultanément à l’incorporation, les deux pompes travaillent de concert pour fournir 520 l/mn. Et l’effet Venturi de l’incorporation s’ajoute à ce débit une fois l’intégration des produits réalisés pour atteindre 700 l/mn».

Selon les marques et les gammes, les pulvérisateurs bénéficient soit d’une ou plusieurs pompes servant aussi bien à l’aspiration qu’à l’agitation et la pulvérisation, soit d’une pompe pour des fonctions spécifiques, limitant le nombre de composants à rincer, donc le volume mort. Sur certains appareils, une petite pompe sert exclusivement à la cuve d’eau claire. «Cela permet de diluer le volume mort et non pas uniquement le fond de cuve», explique Laurent Vigouroux. Chez Horsch, cette pompe sert aussi au gavage de la pompe centrifuge. «Le rinçage est plus rapide et nécessite moins d’eau», déclare Matthieu Noroy, responsable produit de la marque.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde