Aller au contenu principal

Moisson
Quand la plaine s’embrase…

Les fortes chaleurs, la sécheresse et le vent sont le trio infernal de la moisson, augmentant les risques d’incendie dans les champs. Des précautions sont à prendre pour limiter les dégâts.

Dans la Somme, depuis le 27 juin, trente-neuf interventions pour des feux d’espaces naturels (dont sept feux de récoltes) ont déjà eu lieu.
© © Stéphane Leitenberger (archives)

Depuis le 27 juin, les pompiers de la Somme comptent déjà trente-neuf interventions pour des feux d’espaces naturels. «Il s’agit principalement de feux de broussailles, d’herbes et de talus, mais nous sommes aussi sortis pour sept feux de récolte, à l’Est de la Somme surtout, dont le plus important était un feu de chaume de 12 ha», signale le commandant Mathieu Ducros, du Sdis80 (Service Départemental d'Incendie et de Secours). 320 sapeurs-pompiers étaient mobilisés pour cet événement.

2019 était une grosse année. Le 25 juillet avait été particulièrement catastrophique

Le commandant Mathieu Ducros espère ne pas revivre un été pareil à celui 2019. «C’était une grosse année pour nous. Le 25 juillet avait été particulièrement catastrophique. En 2020 et 2021, nous n’avons pas connu d’épisode concomitant à la moisson, donc le bilan était moins lourd.» Mais ce mois-ci, alors que la moisson s’intensifie partout dans la Somme, et que météo France alerte sur le «dôme de chaleur» qui couvre la France, la vigilance est au plus haut. «L’indice 3 x 30 de Météo France est révélateur : à plus de 30°C, avec un vent de plus de 30 km/h et une humidité inférieure à 30 %, le niveau de risque d’éclosion et de propagation de feu est très fort

Les messages de prévention se multiplient donc. «Ne pas oublier qu’un incendie démarre systématiquement lorsqu’on met en présence un combustible, une source d’énergie et un comburant», rappelle Groupama dans un communiqué. L’assureur rappelle les règles à adopter. Avant le début de la campagne et avant chaque utilisation, graisser les roulements et les organes de transmission, veiller à bien respecter le plan de graissage du constructeur. Dépoussiérer l’ensemble moteur/ventilateur et autour du moteur. Éviter l’utilisation d’un nettoyeur à haute pression qui pourrait provoquer l’accumulation de déchets végétaux dans des endroits difficiles d’accès. Vérifier la tension des chaînes et des courroies. Contrôler les niveaux d’huile ou de graisse préconisés. Installer de préférence un extincteur à eau pulvérisée + Additif (A3f) de 6 L, sinon compléter la dotation de base d’un extincteur à poudre polyvalente ABC de 6 kg avec un pulvérisateur à dos et/ou une réserve d’eau dans un bidon d’environ 20 litres.

 

Gare aux heures chaudes

Pendant la moisson, la vigilance sera particulière aux heures les plus chaudes de la journée et dans les parcelles situées en bordure de route, de voies ferrées, d’habitations, de bois et de lieux sensibles à un départ de feu. «Penser à nettoyer la machine régulièrement. L’utilisation d’un compresseur de chantier est un moyen efficace», préconise Groupama. Autres conseils : dans les parcelles de superficie élevée, réalisez dès le début du chantier des bandes coupe-feu de quatre à cinq largeurs de machines. «Lors d’un départ de feu, un tracteur attelé à un outil de déchaumage laissé à proximité du chantier pourra aider à contenir cette zone en la détourant rapidement, en se positionnant à environ 200 m pour avoir le temps de réaliser une bande de terrain coupe-feu assez large.» Un réglage plus haut de la coupe de la machine évitera certaines interactions avec le sol conduisant à des frictions. Bien veiller également à remonter les palpeurs de la moissonneuse si celle-ci en dispose. Dans l’idéal, prévoir une tonne à eau sur place avec un raccord compatible avec les équipements des services de secours (DSP 65 ou DSP 100).

Pour une alerte et une intervention efficace des secours, lors de l’appel aux pompiers, indiquer la position GPS précise du départ d’incendie (par exemple via l’application «Prévention Incendie», préciser les meilleurs chemins d’accès pour les engins incendie, , indiquer le sens de propagation du feu, le type de récolte et la présence de zones sensibles à proximité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde