Aller au contenu principal

Quelle stratégie suite à l'arrêt à venir du CIPC ?

La coopérative féculière de Vecquemont était réunie en assemblée générale, à Salouël, le 19 décembre 2019. Point sur les campagnes 2018, 2019 et celle à venir.

De g. à dr. : Arnaud Dupont, directeur de l'usine Roquette de Vecquemont, Gwenolé Pasco, res-ponsable des achats, Olivier Brasset, président de la coopérative et Bruno Poutrain, son directeur.
De g. à dr. : Arnaud Dupont, directeur de l'usine Roquette de Vecquemont, Gwenolé Pasco, res-ponsable des achats, Olivier Brasset, président de la coopérative et Bruno Poutrain, son directeur.
© Camille Lefranc

«Sur le rendement comme sur le prix, la pomme de terre fécule n'a pas à rougir», lance Bruno Poutrain, directeur de la coopérative féculière de Vecquemont, lors de l'assemblée générale. «Depuis plusieurs années, les rendements sont en baisse, mais la faute à qui ?
Principalement, aux conditions météorologiques», poursuit-il. La campagne 2018 restera probablement, pour la coopérative féculière de Vecquemont, l'une des plus catastrophiques en termes de rendement. Avec un rendement moyen aux alentours de 41 t/ha pour une richesse à 17, la coopérative a livré 80 % de son volume contracté avec la féculerie Roquette de Vecquemont, soit 600 000 tonnes de pommes de terre contre 760 000 tonnes contractées.

Des campagnes difficiles
«La baisse de volume n'a également pas épargné la production de plants de pommes de terre fécule», développe Olivier Brasset, président de la coopérative.
13 300 ha de pommes de terre fécules ont été plantés en 2019, contre 14 600 ha en 2018, soit une baisse de surface d'à peine 10 %. Une baisse qui, par ailleurs, «va à l'encontre de la trajectoire que s'était fixée la coopérative. Avec une augmentation des surfaces de 1 500 ha par an afin de passer le million de tonne transformé d'ici 2022 ou encore le palier des 800 000 tonnes transformées que s'était fixée la coopérative en 2018 pour la campagne 2019», rappelle le directeur de la coopérative.
«Inutile de rappeler que la campagne de plants 2019 fût donc extrêmement difficile», confie Gwenolé Pasco, responsable approvisionnement pommes de terre à la féculerie de Vecquemont. Il a fallu trouver du plant ailleurs, mais aussi accepter de planter des variétés semi-féculières et/ou étrangères (appelées également variétés exotiques). Résultat, selon les variétés, certains producteurs ne s'y retrouvent pas : perte de rendements de l'ordre de 30 % pour certains, problème de qualité de plants pour d'autres ou, encore, récolte très faible en richesse. Si un geste a déjà été fait concernant l'achat des plants de pommes de terre, les producteurs estiment que cela reste insuffisant et attendent de la féculerie une compensation. Roquette propose de faire le point en fin de campagne...  

Des prix en hausse
C'est sûrement côté prix que la coopérative n'a pas à rougir. «Depuis, sa création, soit depuis 2015, en moyenne, le prix de la tonne de la pomme de terre affiche une hausse de 4 % par an, soit une augmentation de 12 % depuis 2015», explique Bruno Poutrain. Pour 2018, le prix moyen était de 84,66 EUR la tonne pour une richesse de 17 et pour 2019, le prix minimum a été fixé à 60 EUR la tonne, plus un complément de 8 EUR (qui sera versé prochainement). Mais qu'en sera-t-il pour la prochaine campagne et, notamment, pour les pommes de terre avec départ tardif ?  

Longue conservation : point central des discussions à venir ?
Suite à l'arrêt du CIPC, la conservation des pommes de terre va engendrer des coûts supplémentaires. Des coûts qui devront se répercuter sur le prix d'achat des pommes de terre. «Chose qui sera difficile à mettre en oeuvre», annonce d'ores et déjà l'industriel Roquette. En effet, ce dernier explique que les pommes de terre transformées en début de campagne par l'usine rapportent davantage que les pommes de terre transformées en fin de campagne. À l'inverse, pour les producteurs, les pommes de terre livrées en début de campagne leur reviennent et leur sont payées moins cher que celles vendues en fin de campagne (absence des frais de stockage). La stratégie est donc plutôt, pour l'industriel, d'avancer la date de début de campagne avec la mise en place et le développement de variétés précoces.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde