Aller au contenu principal

Quelles sont les céréales préférées des agriculteurs français ?

Arvalis-Institut du végétal vient de publier les résultats de son enquête sur la répartition des variétés de céréales à paille (blé tendre, blé dur, orge et triticale). 

Les agriculteurs ont de plus en plus recours aux mélanges variétaux de blé tendre. Les deux premières variétés de blé dur couvrent près de 75 % des surfaces. Les orges d’hiver représentent 61 % des semis et les mélanges de triticale représentent plus de 20 % des surfaces. Voilà ce qui ressort de l’enquête menée par Arvalis-Institut du végétal sur la répartition des variétés de céréales à paille. 

Concernant le blé tendre, en mai 2021, le SSP estime à 4 890 489 les hectares cultivés. Après avoir éliminé les exploitations de moins de 10 ha de céréales et les départements avec trop peu d’observations, l’enquête a été basée sur 4 847 400 ha, soit 99,1 % de la surface totale cultivée en blé tendre. 107 515 ha, soit 2,2 % de la surface, sont en agriculture biologique ou en cours de conversion.

En France, les semis de variétés pures sont les plus répandus (82 % de la sole). Cependant, de plus en plus d’agriculteurs ont recours à des mélanges de variétés, autrement appelés mélanges intraspécifiques. En 2021, cette pratique représente 17 % des surfaces de blés, en augmentation d’environ 5 points par rapport aux deux campagnes précédentes, ce qui positionne les mélanges intraspécifiques devant la première variété pure semée en France. Les semis interspécifiques (mélanges de plusieurs espèces dans la même parcelle) couvrent, quant à eux, moins de 1 % de la sole. Le blé est majoritaire dans le mélange et 49 % des surfaces mélangées le sont avec de la féverole, 30 % avec du pois et le 21 % restants avec de la vesce, de la luzerne ou des mélanges de ces espèces.

Les dix premières variétés cultivées en semis pur représentent près de 41,6 % des surfaces nationales, contre 44,1 % en 2020. Elles sont toutes inscrites sur la liste des blés meuniers 2021 éditée par l’Association nationale de la meunerie française. La variété Chevignon poursuit sa progression avec 13,8  % des surfaces nationales et se maintient en tête du classement (+ 0,7 point par rapport à 2020). La variété KWS Extase se hisse à la seconde place avec 6,5 % des surfaces suivie de LG Absalon dont la part augmente légèrement et de Complice dont la part de surface a augmenté de 1 point. RGT Cesario arrive dans le top 10 à la sixième place. Les autres variétés voient leur part régresser.

La répartition des surfaces par types de blés est relativement stable depuis quelques années. Les blés panifiables sont très majoritaires et représentent 90 % de la sole française en 2021 et les blés améliorants sont essentiellement dans le Sud-Ouest et dans le Centre Val-de-Loire et couvrent 4,9 % de la surface nationale.

La part des surfaces de blés biscuitiers est estimée à 0,8 %, en légère progression par rapport à 2020 (0,7 %). Les variétés biscuitières sont particulièrement présentes dans quelques régions : Hauts-de-France, Grand Est, Nouvelle Aquitaine et Pays de la Loire. Les blés pour autres usages progressent encore cette année avec 2,1 % des surfaces (1,4 % en 2020). En 2021, près de 2,3 % des surfaces sont cultivées avec des blés dont on ne connaît pas la valeur d’usage.

Blé dur 

En mai 2021, le SSP estime à 267 035 les hectares cultivés en blé dur en France. L’étude est basée sur 261 529 ha soit 97,9 % de la surface totale cultivée en blé dur. 95,2 % des semis sont réalisés en variétés pures, 4,5 % des surfaces sont des mélanges de variétés et 0,3 % des surfaces sont emblavées en mélange avec d’autres espèces comme le pois ou la féverole.

Comme en 2020, la variété Anvergur domine largement avec 55,7 % de sole française, suivie de RGT Voilur qui représente 18,9 % des surfaces. À elles deux, elles couvent près de 75 % des surfaces et le top 10 des variétés pures représente 91,1 % des emblavements. La variété Relief continue sa progression avec 7,3 % des surfaces (+ 1,7 point). RGT Aventadur et Santur, deux variétés italiennes inscrites en Italie respectivement en 2016 et en 2012 entrent dans le top 10.

 

Orges d’hiver

En mai 2021, le SSP estime à 1 797 664 les hectares cultivés en orges. Après élimination des exploitations de moins de 10 ha de céréales et des départements dont le nombre d’observations a pu être insuffisant, l’étude est basée sur 1 112 489 soit 98,6 % de la surface totale cultivée en orges.

Les orges de type hiver représentent 61 % des surfaces. Elles sont majoritairement de type 6 rangs, avec 79,7 % contre 20,3 % pour les orges d’hiver à 2 rangs. 1/3 des surfaces sont cultivées avec des variétés d’orges de type printemps. Les mélanges intraspécifiques représentent 4 % de la sole nationale, alors que les mélanges interspécifiques ne couvrent qu’environ 1 %. Les dix premières variétés d’orge d’hiver représentent 62,3 % des surfaces. KWS Faro a pris la tête du classement devant Étincel. Les trois premières variétés figurent sur la liste des variétés préférées d’orges de brasserie publiée par les malteurs et brasseurs de France. D’une façon générale, 43,9 % des variétés de type hiver font l’objet d’un avis des malteurs et brasseurs de France : variété préférée pour 33,2 % des surfaces, variété préférée à usage imitée pour 6,7 % et variété en observation pour 4,0 % d’entre elles.

Concernant les orges de printemps, RGT Planet domine très largement le paysage français avec 80,1 % des surfaces emblavées suivie de KWS Fantex avec 8,4 % des surfaces. Le top 10 représente près de 97,5 % des surfaces. La quasi-totalité des orges de printemps sont brassicoles et sont sur la liste des variétés préférées par la malterie.

 

Triticale

En mai 2021, le SSP estime à 305 284 les hectares cultivés de triticale. L’étude est basée sur 284 003 ha soit 93 % de la
surface totale cultivée. Près de 80 % des surfaces sont semées en variété pure mais 11 % le sont en mélanges de variétés et 9,3 % en mélanges inter spécifiques essentiellement en mélange avec des pois protéagineux.

Les dix premières variétés semées en pure représentent près de 50,6 % des surfaces. RGT Omeac occupe, comme en 2020, la tête du classement. Les variétés Brehat et Elicsir ont progressé pour atteindre la deuxième et troisième place. La variété Vuka sort du top 3 et représente 5,1 % des surfaces nationales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde