Aller au contenu principal

Vu sur les réseaux
A quoi sert un agriculteur ? « A vous nourrir », répond Olivier Thibaut

L’agriculteur et éleveur de Belloy-sur-Somme (80) s’exprime dans une nouvelle vidéo pour défendre un métier contrarié par l’accumulation de normes.

Olivier Thibaut
C'est depuis son étable que l'éleveur Olivier Thibaut s'adresse à ses concitoyens et au monde politique pour demander moins de contraintes.
© D.R.

La dernière fois qu’Olivier Thibaut s’exprimait dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, c’était en septembre dernier pour annoncer sa candidature à l’élection présidentielle. Depuis la cour de sa ferme à Belloy-sur-Somme, entre Amiens et Abbeville, il expliquait vouloir se présenter devant les électeurs avec quelques messages à faire passer. S’il a reconnu un peu plus tard qu’il s’agissait d’un canular, il entendait en réalité regretter la multitude de candidatures, dont certaines fantaisistes : « Des propositions et des solutions, voilà ce dont on a besoin et non pas 36 000 candidatures », a-t-il dit.

Cette fois-ci, dans la vidéo qu’il a publié sur le réseau social Twitter jeudi 16 décembre, Olivier pointe du doigt l’ambivalence du citoyen-consommateur, et déclare « en danger » le métier d’agriculteur.  « Le métier d’agriculteur est en danger depuis longtemps, mais j’ai l’impression que c’est plus encore aujourd’hui. Les citoyens veulent nous mettre de plus en plus d’exigences mais lorsqu’ils deviennent des consommateurs, ils ne veulent pas rémunérer ces exigences ».

Dans la suite de son message, l’agriculteur et administrateur de la FDSEA pointe aussi du doigt la responsabilité du monde politique : « Si les politiques nous mettent de plus en plus de charges, on ne peut pas être compétitif, et là non plus, ça ne passe pas ».

Enfin, Olivier Thibaut dénonce la manière dont ont été traités plusieurs de ses collègues, mardi 14 décembre, alors qu’ils participaient à une manifestation pour la défense de leur capacité à produire, devant le Conseil d’État : « Si quand on manifeste pour la défense de son métier, on finit en garde à vue, ça va être compliqué… », assure-t-il. Être agriculteur, résume M. Thibaut, ne devrait pourtant pas être « compliqué » : « En tant qu’agriculteur, mon activité principale, c’est de vous nourrir, produire du lait, de la viande, des céréales, etc… » Mais à mesure que le nombre d’agriculteurs diminue et que les surfaces dédiées à la production alimentaire prennent la même direction, c’est donc tout simplement la sécurité et la souveraineté alimentaires qui sont elles aussi « en danger ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde