Aller au contenu principal

Vu sur les réseaux
A quoi sert un agriculteur ? « A vous nourrir », répond Olivier Thibaut

L’agriculteur et éleveur de Belloy-sur-Somme (80) s’exprime dans une nouvelle vidéo pour défendre un métier contrarié par l’accumulation de normes.

Olivier Thibaut
C'est depuis son étable que l'éleveur Olivier Thibaut s'adresse à ses concitoyens et au monde politique pour demander moins de contraintes.
© D.R.

La dernière fois qu’Olivier Thibaut s’exprimait dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, c’était en septembre dernier pour annoncer sa candidature à l’élection présidentielle. Depuis la cour de sa ferme à Belloy-sur-Somme, entre Amiens et Abbeville, il expliquait vouloir se présenter devant les électeurs avec quelques messages à faire passer. S’il a reconnu un peu plus tard qu’il s’agissait d’un canular, il entendait en réalité regretter la multitude de candidatures, dont certaines fantaisistes : « Des propositions et des solutions, voilà ce dont on a besoin et non pas 36 000 candidatures », a-t-il dit.

Cette fois-ci, dans la vidéo qu’il a publié sur le réseau social Twitter jeudi 16 décembre, Olivier pointe du doigt l’ambivalence du citoyen-consommateur, et déclare « en danger » le métier d’agriculteur.  « Le métier d’agriculteur est en danger depuis longtemps, mais j’ai l’impression que c’est plus encore aujourd’hui. Les citoyens veulent nous mettre de plus en plus d’exigences mais lorsqu’ils deviennent des consommateurs, ils ne veulent pas rémunérer ces exigences ».

Dans la suite de son message, l’agriculteur et administrateur de la FDSEA pointe aussi du doigt la responsabilité du monde politique : « Si les politiques nous mettent de plus en plus de charges, on ne peut pas être compétitif, et là non plus, ça ne passe pas ».

Enfin, Olivier Thibaut dénonce la manière dont ont été traités plusieurs de ses collègues, mardi 14 décembre, alors qu’ils participaient à une manifestation pour la défense de leur capacité à produire, devant le Conseil d’État : « Si quand on manifeste pour la défense de son métier, on finit en garde à vue, ça va être compliqué… », assure-t-il. Être agriculteur, résume M. Thibaut, ne devrait pourtant pas être « compliqué » : « En tant qu’agriculteur, mon activité principale, c’est de vous nourrir, produire du lait, de la viande, des céréales, etc… » Mais à mesure que le nombre d’agriculteurs diminue et que les surfaces dédiées à la production alimentaire prennent la même direction, c’est donc tout simplement la sécurité et la souveraineté alimentaires qui sont elles aussi « en danger ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde