Aller au contenu principal

Risque d’accaparement des terres : la vitalité des territoires en péril !

La FNSafer constate que l’année 2017 a été marquée par une forte activité et un nombre important de transactions dans tous les marchés. On remarque également une poursuite de l’urbanisation agricole.

Financiarisation et accaparement des terres, urbanisation et artificialisation des sols (+ 24 %)… d’année en année, les signaux d’alerte lancés par la Fédération nationale des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (FNSafer), qui assurent le contrôle du marché, se confirment. Elle plaide pour un renforcement de la régulation qui pourrait se traduire dans le projet de loi sur le foncier agricole promis pour 2019.

Marché agricole

Le nombre de transactions sur le marché des terres agricoles a augmenté de 7,6 % l’an dernier, indique l’organisme. 381 000 hectares ont changé de mains, soit le plus haut niveau depuis 2001 (+ 5,9 % sur un an), pour un montant total de 4,6 milliards d’euros. Un bond de 15,5 %. Cela représente 86 260 transactions (+ 7,6 %). Le prix des terres libres (5 990 euros à l’hectare) est en très léger recul par rapport à 2016 (- 0,8 %). En revanche, le prix des terres louées poursuit sa progression à 4 690 euros à l’hectare (+ 3 %). Ce marché est soutenu par les acquisitions des non agriculteurs.

De son côté, le marché des forêts est relativement stable à 4 110 euros l’hectare (+ 0,2 %) dans un contexte de forte hausse des surfaces échangées : 130 900 hectares (+ 9,10 %) par rapport à 2016. En valeur, le marché des forêts approche 1,5 milliard d’euros (+ 3,30 %).

Urbanisation des terres agricoles

La FNSafer constate une poursuite de l’urbanisation des terres agricoles. 29 100 hectares ont été consommés en 2017 pour une valeur de 4,5 milliards d’euros. Bien qu’il s’agisse d’un léger repli (- 2,5 %) par rapport à 2016, cela reste un niveau élevé.

Ce marché est réparti entre les personnes physiques (27 %), les personnes morales privées (33 %) et les personnes publiques (36 %). Sur l’année écoulée, les sociétés ont représenté 12,6 % des transactions (contre 5 % l’an dernier) pour 18,5 % des surfaces et 30 % de la valeur. Cette situation inquiète la FNSafer. «La consommation des terres doit rester l’exception», précise Emmanuel Hyest, président de la FNSafer. Il demande «d’inverser le paradigme» et souhaite que les terres agricoles soient protégées, comme le sont actuellement les forêts. Autre inquiétude, celui de la concentration des exploitations et l’essor des formes sociétaires. Tout cela met «en péril la vitalité des territoires» poursuit Emmanuel Hyest. Ils considèrent que les outils actuels de régulations du marché des terres (transparence, contrôle, orientation…) ne sont plus «adaptés» aux nouveaux modes d’accès au foncier. «L’enjeu est d’inventer de nouvelles formes de régulation, poursuit-il. Il ne s’agit de brider la liberté d’entreprendre ou d’empêcher le développement des exploitations, mais au contraire de permettre à d’autres projets de se réaliser».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde