Aller au contenu principal

Risque d’accaparement des terres : la vitalité des territoires en péril !

La FNSafer constate que l’année 2017 a été marquée par une forte activité et un nombre important de transactions dans tous les marchés. On remarque également une poursuite de l’urbanisation agricole.

Financiarisation et accaparement des terres, urbanisation et artificialisation des sols (+ 24 %)… d’année en année, les signaux d’alerte lancés par la Fédération nationale des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (FNSafer), qui assurent le contrôle du marché, se confirment. Elle plaide pour un renforcement de la régulation qui pourrait se traduire dans le projet de loi sur le foncier agricole promis pour 2019.

Marché agricole

Le nombre de transactions sur le marché des terres agricoles a augmenté de 7,6 % l’an dernier, indique l’organisme. 381 000 hectares ont changé de mains, soit le plus haut niveau depuis 2001 (+ 5,9 % sur un an), pour un montant total de 4,6 milliards d’euros. Un bond de 15,5 %. Cela représente 86 260 transactions (+ 7,6 %). Le prix des terres libres (5 990 euros à l’hectare) est en très léger recul par rapport à 2016 (- 0,8 %). En revanche, le prix des terres louées poursuit sa progression à 4 690 euros à l’hectare (+ 3 %). Ce marché est soutenu par les acquisitions des non agriculteurs.

De son côté, le marché des forêts est relativement stable à 4 110 euros l’hectare (+ 0,2 %) dans un contexte de forte hausse des surfaces échangées : 130 900 hectares (+ 9,10 %) par rapport à 2016. En valeur, le marché des forêts approche 1,5 milliard d’euros (+ 3,30 %).

Urbanisation des terres agricoles

La FNSafer constate une poursuite de l’urbanisation des terres agricoles. 29 100 hectares ont été consommés en 2017 pour une valeur de 4,5 milliards d’euros. Bien qu’il s’agisse d’un léger repli (- 2,5 %) par rapport à 2016, cela reste un niveau élevé.

Ce marché est réparti entre les personnes physiques (27 %), les personnes morales privées (33 %) et les personnes publiques (36 %). Sur l’année écoulée, les sociétés ont représenté 12,6 % des transactions (contre 5 % l’an dernier) pour 18,5 % des surfaces et 30 % de la valeur. Cette situation inquiète la FNSafer. «La consommation des terres doit rester l’exception», précise Emmanuel Hyest, président de la FNSafer. Il demande «d’inverser le paradigme» et souhaite que les terres agricoles soient protégées, comme le sont actuellement les forêts. Autre inquiétude, celui de la concentration des exploitations et l’essor des formes sociétaires. Tout cela met «en péril la vitalité des territoires» poursuit Emmanuel Hyest. Ils considèrent que les outils actuels de régulations du marché des terres (transparence, contrôle, orientation…) ne sont plus «adaptés» aux nouveaux modes d’accès au foncier. «L’enjeu est d’inventer de nouvelles formes de régulation, poursuit-il. Il ne s’agit de brider la liberté d’entreprendre ou d’empêcher le développement des exploitations, mais au contraire de permettre à d’autres projets de se réaliser».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde