Aller au contenu principal

S. Doligez veut améliorer la fertilisation de ses terres

Les pratiques de Simon Doligez en matière de fertilisation des sols ne sont pas suffisantes pour préserver la richesse des terres. Il mène une réflexion pour améliorer la situation.

«Améliorer la fertilisation de mes terres représente un coût, 
mais c’est un investissement d’avenir», assure Simon Doligez.
«Améliorer la fertilisation de mes terres représente un coût,
mais c’est un investissement d’avenir», assure Simon Doligez.
© A. P.



«Surpris». Voilà la réaction de Simon Doligez, polyculteur et éleveur à Gapennes, lorsqu’il a consulté son bilan d’entrée et de sortie de P-K (phosphate-potasse). L’étude a été réalisée sur l’ensemble de son assolement, soit 140 ha de blé, maïs ensilage, lin, colza, betteraves et pois de conserve. Ses exportations totales s’élèvent à 11 739 U/ha de P2O5 et 20 630 U/ha K2O.
«Ici, la plaine est plus importante que l’élevage, confie-t-il. Jusqu’ici, je bénéficiais de 550 t de fumier grâce à mes charolaises (soixante vêlages cette année, ndlr). Je l’épands uniquement avant les betteraves, parce que c’est la culture qui le valorise le mieux, soit tous les cinq ans dans chaque parcelle.» L’agriculteur achète également de l’Humocal K7, qu’il utilise à hauteur de 3 t/ha avant un colza, et 3 t/ha avant les betteraves.
Hervé Georges, ingénieur à la Chambre d’agriculture de la Somme a fait le calcul : cette pratique lui apporte 3 330 U/ha de P2O5, soit 28 % des besoins, et 10 280 U/ha de K2O, soit 50 % des besoins. Pour les engrais minéraux, il couvre 30 % des besoins de P2O5 et 65 % des besoins de K2O. Les teneurs moyennes s’élèvent donc à 0,07 ‰ de P2O5 et à 0,16 ‰ de K2O. «Des valeurs plutôt moyennes. Rien de grave à court terme, mais ces pratiques induisent l’appauvrissement progressive de ses terres
Un souci pour Simon Doligez, qui confie vouloir «laisser des terres en bon état pour les enfants». Le tir pourrait être rectifié grâce à plusieurs flèches. La construction d’un nouveau bâtiment d’élevage, tout récemment, lui permet désormais d’élever ses taurillons. Et ceux-ci vont produire 150 t de fumier supplémentaires, soit 450 U/ha de P2O5 et 1 200 U/ha K2O en plus. «Je pourrais aussi épandre de plus petites quantités, mais plus souvent. Ainsi, les terres seraient enrichies plus régulièrement. De plus, l’épandage avant le colza semble intéressant.»
Hervé Georges conseille également d’acheter du Patenkali (250 kg/ha pour le lin et pour les pois de conserve, et 400 kg/ha pour le maïs), ainsi que du Super 46, pour rééquilibrer au mieux le bilan d’entrée et de sortie de P-K. Cela représenterait 2 500 € d’engrais en plus chaque année. «Un coût, mais un investissement d’avenir», Simon Doligez en est convaincu.

LIRE AUSSI : Il bâche ses fumiers pour plus de valeur 
LIRE AUSSI : Les effluents d'élevage, un trésor à optimiser

Rappel réglementaire

Pas question d’épandre les effluents d’élevage n’importe comment : les règles sont strictes. Si l’agriculteur est IPCE, un plan d’épandage est même obligatoire. «Dans tous les cas, en zones vulnérables (ZV), il faut tenir un cahier d’épandage, réaliser un plan prévisionnel de fumure azotée, respecter un calendrier d’épandage des apports azotés, les règles de stockage et les distances d’épandage», rappelle Christelle Dehaine.
Parmi les obligations, voici quelques points à retenir :
- Les apports sur Cipan ou dérobées en intercultures sont uniquement possibles sur les Cipan à développement rapide, et limités à 70 kg N efficace organique/ha
- En ZV, l’épandage est interdit dans les 35 premiers mètres des cours d’eau (voir plus selon la pente)
- Pour le stockage au champ, les fumiers compacts doivent tenir en tas naturellement, ne doivent pas être stockés plus de neuf mois et ne doivent pas revenir au même endroit avant trois ans. Leur dépôt est interdit du 15/11 au 15/01, sauf en cas de dépôt sur prairie ou sur un lit de paille de 10 cm ou en cas de couverture
- Les distances sont : à 5 m des routes, 35 m d’un forage, 500 m en amont d’une zone piscicole, 200 m d’un lieu de baignade…
Les règles sont néanmoins différentes selon le secteur.

Contactez le Satege de la Somme pour plus de précisions : Christelle Dehaine, 03 22 33 69 19

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde