Aller au contenu principal

Semences
Saaten-Union veut passer de 35 000 à 100 000 ha de blé hybrides en trois ans

Les blés hybrides sont particulièrement appréciés dans des conditions difficiles parce qu’ils offrent un potentiel de rendement plus élevé.

blé hybride
© Saaten-Union

Le réseau Deleplanque – Saaten-Union veut passer de 35 000 à 100 000 ha de blé hybrides d’ici à trois ans, a-t-il annoncé le 23 mars, s’appuyant entre autres sur un meilleur « prix d’accès ». Dès cette année, « le prix d’accès proposé à l’agriculteur sera revu de façon significative : l’écart entre une lignée et l’hybride sera ramené à 2 q/ha seulement » (contre 7 à 8 q/ha jusque-là). Cela signifie un retour sur investissement plus rapide. Le semencier espère ainsi lever le principal frein à l’achat qui est le prix d’accès au blé hybride, d’après ses enquêtes.

Un changement du modèle de production est par ailleurs mené. Saaten-Union et l’obtenteur Asur s’appuient désormais sur douze partenaires en production de semences représentant une trentaine de structures de distribution. À la clé, « une adéquation entre besoins identifiés et production en local, des gains sur la chaine logistique (sur les coûts de transport, sur l’émission de CO2…) ».

L’offre génétique elle-même évolue. Le semencier promet une nouvelle génération de blés hybrides, offrant « des rendements élevés, en situations difficiles mais aussi en terres à bon potentiel, une tolérance maladies de très bon niveau (…), une qualité élevée et adaptée aux marchés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde