Aller au contenu principal

Sans plastique : le dilemme de la conservation pour l’endive

À partir du 1er janvier 2022, les lots de fruits et légumes de moins de 1,5 kg ne pourront plus être emballés dans des contenants en plastique. La filière de l’endive est pour l’instant dans une impasse.

Le sachet en polypropylène dans lequel sont placées les endives vendues en lots n’est pas qu’un simple contenant. «Il est micro-perforé, et permet ainsi de réduire le taux d’oxygène et d’augmenter le taux de CO2 à l’intérieur. En résumé, l’endive est mise en dormance. Elle se conserve mieux et son verdissement est ralenti», explique Delphine Bridoux, ingénieur responsable de programme d’essais à l’Apef (Association des producteurs d’endives de France). 

La loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (Agec) place donc la filière de l’endive face à un mur. Pour cause, elle impose l’interdiction des emballages plastiques pour les lots de fruits et légumes de moins de 1,5 kg à partir du 1er janvier 2022. «Or, 80 % des endives sont vendues sous emballage, et la plupart des lots font moins de 1,5 kg. Les consommateurs apprécient surtout les lots de quatre pièces», précise Delphine Bridoux. 

En partenariat avec des entreprises d’emballage, la spécialiste mène des essais avec d’autres matières, notamment pour la conception d’emballages en papiers. Mais les résultats ne sont pas concluants pour l’instant. «Nous ne parvenons pas à trouver d’équivalent en termes de conservation.» Même le conditionnement des Carmines®, ces endives rouges placées dans des barquettes en carton, mais entourées d’un film en PVC, pose problème. «Nous pourrions  remplacer ce film par un équivalent, à base de plastique biosourcé, dit “home-compost“. Mais celui-ci ne répond pas à la loi, puisqu’il contient du polymère.»

 

Perle du Nord  mise sur le carton

La filière compte bien prouver sa bonne volonté. La marque de producteurs Perle du nord (120 producteurs, 45 % des volumes nationaux), par exemple, a annoncé le 9 février qu’elle conditionnerait ses jeunes pousses dans une barquette «100 % recyclable en carton» dès le 1er mars. Elle remplacera la traditionnelle barquette en plastique PET et permettra ainsi de réduire de 79 % le plastique contenu dans l’emballage des jeunes pousses. «Nous nous réjouissons de pouvoir proposer pour nos jeunes pousses d’endives un conditionnement qui permet de préserver la qualité du produit, de répondre aux attentes du consommateur et, en même temps, de participer à une démarche volontariste de réduction sensible des déchets plastiques», a réagi le directeur général de la marque Patrick Petitpas, cité dans un communiqué. Perle du Nord planche sur ce nouvel emballage depuis 2019, en partenariat avec le pôle d’excellence agroalimentaire des Hauts-de-France Agroé et l’entreprise Saica Pack. Le problème n’est néanmoins pas totalement résolu, puisque cette barquette en carton est toujours recouverte d’un emballage en polypropylène.

 

Du vrac peu commercialisé 

Pour les endiviers, une telle réglementation pourrait engendrer de lourds investissements pour transformer les chaînes de conditionnement, ou les remplacer par des ateliers de vrac. «Le vrac semble être la seule solution qui se présente à nous, mais aujourd’hui, il représente à peine 15 % de nos ventes totales», relève Isabelle Drecq, responsable de l’endiverie VBM Prod, à Mézières-en-Santerre. Seul espoir - puisque le texte de loi précise que l’obligation de retrait de l’emballage plastique «n’est pas applicable aux fruits et légumes présentant un risque de détérioration lors de leur vente en vrac dont la liste est fixée par décret» -, est que l’endive fasse partie des exceptions. «Des demandes ont été formulées auprès du CNA (Conseil national de l’alimentation) pour cela», espère Delphine Bridoux. Une réponse devrait être donnée dans les mois à venir. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde