Aller au contenu principal

Environnement
Sécheresse : 39 départements concernés par des restrictions d'usage de l'eau

Malgré un printemps pluvieux, le déficit hydrique concerne la moitié de la France.

Trente-neuf départements sont concernés par des restrictions d'usage de l'eau, dont 19, principalement dans le Sud-Ouest, sont touchés par une interdiction de tout prélèvement non prioritaire, a annoncé le ministère de l'Écologie alors qu'un avis de canicule a été lancé dans six départements. L'Aquitaine, Poitou-Cha­rentes, le Centre, mais aussi une partie de Midi-Pyrénées, sont les régions comptant le plus d'arrêtés limitant les prélèvements aux domaines prioritaires (eau potable, santé, sécurité). L'Ile-de-France est également touchée. La Seine-et-Marne est en «crise» (niveau 4 sur 4 prévoyant des interdictions totales de prélèvements non prioritaires, y compris agricoles par endroits), l'Essonne est en «alerte renforcée» (niveau 3 sur 4) et le Val-d'Oise en alerte simple (niveau 2 sur 4). En Gironde, le niveau des grands axes (Garonne, Dordogne) et des nappes a été jugé « satisfaisant » par la préfecture grâce aux pluies d'avril et juin, mais le «niveau de bon nombre de petits cours d'eau a baissé sensiblement, ce qui menace la vie biologique».
De même en Dordogne, à partir du 17 août, la préfecture a décrété l'interdiction totale des prélèvements à usage d'irrigation sur un certain nombre de bassins, évoquant «l'absence de pluie, associée à de fortes températures, qui a accentué la chute des débits des cours d'eau déjà bien fragilisés» et pris davantage de restrictions au vu des fortes chaleurs prévues. Dans le Lot-et-Garonne, l'un des six départements (Haute-Garonne, Gers, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne) qui sera touché ce 17 août par la canicule, la préfecture a également annoncé une interdiction totale de prélèvements agricoles et domestiques non prioritaires autour notamment du bassin de la Lède. Selon Météo-France, bien que par endroits la première moitié de juillet ait été pluvieuse, le cumul de précipitations reste inférieur aux normales de 50 à 75 % sur l'est des Côtes d'Armor, du Pays Basque au sud de la Gironde et sur le nord-ouest de Midi-Pyrénées. Sur les Pyrénées-Orientales, la région PACA et la Corse, le déficit peut atteindre localement 75 à 100 %.
Toutefois, le bilan à la mi-août n'est pas des plus sévères avec 39 départements touchés par des mesures de restriction, contre 66 le 24 août 2011.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde