Aller au contenu principal

Sénalia tiré par une reprise des exportations de céréales en 2017-18

Le groupe Sénalia, qui exploite les terminaux portuaires céréaliers et agro-industriels à Rouen, a affiché le 11 janvier un chiffre d’affaires de 30,8 M€ (+20 %) sur 2017-18, tiré par des exportations en fort rebond après la récolte catastrophique de 2016. « 2018 a été une année de reprise », a indiqué le DG Gilles Kindelberger. Les tonnages manutentionnés progressent de 22 %, à 5,9 Mt. Ils sont tirés par l’export de céréales, à 2,7 Mt (+49 %), l’activité agro-industrielle atteignant 3,2 Mt (+7 %). « Pour la 2e année consécutive, nos partenariats agro-industriels représentent plus de la moitié de l’activité », a-t-il souligné. Le résultat net 2017-18 dépasse 1,6 M€. Concernant la campagne actuelle, Sénalia déplore « une activité qui s’est ralentie ». Si 900 000 t ont été chargées en juillet et août, le cumul à fin décembre plafonne à 1,8 Mt. « Les OS (organismes stockeurs) n’ont pas suivi le marché, malgré une demande mondiale bien présente », a taclé en marge de l’AG Gilles Kindelberger. Sénalia vise les 4 Mt exportées fin 2018-19. Le groupe rappelle avoir en octobre étendu son périmètre à l’activité de commissionnaire de transport, via le rachat de 50 % de Magestiv. Le président Thierry Dupont a rappelé avoir toujours œuvré « pour un rapprochement des outils coopératifs du port de Rouen. En 2018, 50 % du chemin a été effectué et je ne doute pas que nous arriverons à franchir les 50 % restants ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde