Aller au contenu principal

Soigner le rumen pour des vaches en bonne santé

Infections mammaires, problèmes de reproduction, boiteries..., les maladies métaboliques (acidose, acétonémie, etc.) peuvent être à l'origine d'un bon nombre de maux en élevage laitier. Pour se prémunir le plus possible de ces situations délicates, il est indispensable d'avoir les «garde-fous» nécessaires au suivi alimentaire du troupeau.

Les maladies métaboliques (acidose, acétonémie, etc.) peuvent être à l'origine d'un bon nombre de maux 
en élevage laitier.
Les maladies métaboliques (acidose, acétonémie, etc.) peuvent être à l'origine d'un bon nombre de maux
en élevage laitier.
© D. R.



Parmi l'ensemble des indicateurs disponibles, les taux (TB-TP) sont certainement les plus répandus. Les résultats tank, disponibles tous les trois jours, et les résultats individuels sont des indicateurs précieux et complémentaires pour apprécier la situation métabolique. Les premiers sont réguliers, mais peuvent masquer des différences ou des difficultés au sein du troupeau tandis que les résultats individuels permettent une analyse par lot d'animaux (moins de 100 jours de lactation, de 100 à 200 jours...).
Le taux butyreux est sans doute l'indicateur le plus réactif et le plus sensible à tout changement alimentaire. Selon la modification alimentaire, la variation de TB interviendra dans un délai d'un à sept jours. Pour un même animal, le TB varie selon la saison, le stade de lactation, l'alimentation et/ou la couverture des besoins. L'incidence des deux premiers facteurs (saison et stade) étant connue, il est possible de calculer le TB attendu pour une vache selon la saison et son stade de lactation et, plus globalement, pour un troupeau.
Le graphique ci-dessous représente la situation attendue (en bleu) et la situation réelle (en orange). Un dysfonctionnement alimentaire apparaît nettement sur les mois de juillet, août et septembre. Pour le caractériser précisément, il est désormais possible de s'appuyer sur le profil d'acides gras du lait. Le déficit de TB visible en août sur le graphique peut être le signe d'un manque d'énergie ou d'une situation d'acidose, ou encore un apport de matière grasse insaturé.
Le rapport TB/TP est le critère le plus rapide et le plus synthétique pour estimer les risques d'acidose et dans une moindre mesure le déficit énergétique. Un résultat proche de 1,20 indique un risque de basculement vers l'acidose selon Jean-Louis Peyraud (Inrae). C'est d'ailleurs cette limite basse qu'utilisent les conseillers d'Avenir conseil élevage pour alerter les éleveurs sur une évolution potentiellement négative, tout en veillant à ne pas aller au-delà de 1,30. L'objectif est d'obtenir un rapport de 1,25.

Supprimer les sub-acidoses
Le rapport TB/TP du tank donne un point de la situation globale du troupeau tous les trois jours. Mais il est utile de s'offrir davantage de précision en prenant le rapport TB/TP par lot d'animaux, plus riche d'enseignements, et notamment pour surveiller les vaches à moins de 100 jours qui reçoivent parfois plus de concentrés.

Une des origines des boiteries
Pour assurer la bonne santé métabolique d'un troupeau, il est également possible de suivre le risque d'acétonémie. Depuis sa mise en place, l'indicateur Cétodétect a permis d'identifier un grand nombre de situations dans lesquelles les vaches sont en difficulté «énergétique» alors qu'elles ne présentaient aucun signe d'acétonémie (acétonémie de type 1).
Les déficits énergétiques peuvent être à l'origine de boiteries. C'est particulièrement le cas des vaches en début de lactation. Ainsi, il est important de surveiller le niveau de corps cétoniques des vaches à moins de 100 jours de lactation. Pour limiter les risques, il ne faudrait pas avoir plus de 15 % de cette catégorie d'animaux en situation d'acétonémie.

Mesurer l'efficacité de la ration
Le taux d'urée est également une donnée permettant de mesurer la situation métabolique du troupeau. Le résultat optimum se situe entre 220 et 250 mg/l de lait. Même si ces repères ne sont pas scientifiques, l'expérience montre que le fonctionnement de la panse et l'expression des performances sont optimales à ces niveaux.
Le taux d'urée du lait est intéressant pour :
o valider une ration et, notamment, la quantité de correcteur azoté à apporter. Il vient conforter ou pas les analyses fourrages et l'ingestion mesurée. Par exemple, si les vaches de moins de 100 jours mangent le correcteur au robot, mais ingèrent mal la ration à l'auge, le taux d'urée sera élevé.
o détecter un excès d'azote soluble ou un déficit énergétique à condition de l'interpréter avec les résultats de TP. En effet, un taux d'urée seul est difficilement interprétable (graphique ci-dessous).
Pour éliminer 100 mg d'urée en excès, l'animal dépense 1 UFL. Diminuez d'un kilo le correcteur azoté, vous serez deux fois gagnant !
Même si le meilleur indicateur de la bonne conduite alimentaire du troupeau laitier reste le niveau de lait dans le tank, les indicateurs complémentaires sont indispensables pour améliorer une situation qui n'est pas à la hauteur. Ils permettent aussi d'anticiper la déviance pour agir le plus rapidement possible, élément déterminant pour limiter les pertes économiques. L'analyse régulière de ces indicateurs est sans aucun doute le premier levier d'amélioration à actionner.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde