Aller au contenu principal

Systera, l’outil de réalisation de votre document unique d’évaluation des risques

Depuis 2002, le document unique d’évaluation des risques est une obligation réglementaire pour tous les exploitants agricoles qui sont employeurs de main-d’œuvre, même occasionnellement.

© D. R.

L’employeur est tenu, en vertu de son obligation de sécurité, d’évaluer les risques éventuels sur son exploitation et de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé de ses salariés.
A noter que d’autres personnes intervenant sur l’exploitation (technicien, électricien, marchand de bestiaux) peuvent aussi demander la présence et la présentation du document unique d’évaluation des risques.

Un inventaire des risques et des actions de prévention
L’employeur doit retranscrire dans le document unique les résultats de l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des salariés. Cette évaluation comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l’exploitation (salle de traite, bâtiment agricole, atelier, matériel, etc.).
Il convient de mener cet inventaire en deux étapes : identification des dangers, puis analyse des risques. C’est le résultat de ces deux étapes qui doit ressortir du document unique. Le ministère du Travail rappelle qu’il ne s’agit pas de produire un relevé brut de données, mais d’effectuer un véritable travail d’analyse des modalités d’exposition des salariés à des dangers ou à des facteurs de risque.
Enfin, cet inventaire doit être complété par d’autres éléments. D’une part, une hiérarchisation des risques. Il s’agit de donner une valeur aux risques, selon les critères propres à l’entreprise (probabilité, gravité, fréquence, nombre de travailleurs concernés, etc.). D’autre part, des propositions d’actions de prévention.

Systera : un outil intuitif
Jusqu’alors, il existait des documents «papier» souvent très compliqués à remplir. Pour aider les agriculteurs à remplir cette obligation, la FNSEA a créé un logiciel d’accompagnement en ligne : Systera (système d’évaluation des risques en agriculture).
L’accès à l’outil est des plus simples : pas de programme à installer ! Il suffit d’une connexion internet pour y accéder, via un ordinateur ou une tablette. Une fois connecté, Systera propose de personnaliser le document unique au plus proche de la configuration d’une exploitation, en sélectionnant les seules activités agricoles et productions de l’agriculteur (élevages, grandes cultures, maraîchage, etc.).
Dès lors, l’exploitant n’aura plus qu’à élaborer son document unique en exploitant une base de données intuitive et collaborative. C’est la véritable force de l’outil. En effet, Systera s’appuie sur une base de données, préétablie, mais évolutive, recensant des activités, des unités de travail, des risques et des mesures de prévention que l’exploitant, la plupart du temps, n’a plus qu’à sélectionner !
Au final, avec Systera, c’est un gain de temps : accessible à tout moment, simple à utiliser, rapide dans son fonctionnement. C’est aussi l’assurance d’avoir un DUER et des fiches d’exposition aux risques conformes aux exigences réglementaires, régulièrement mis à jour grâce à des alertes. C’est également un retour au bon sens en prenant en compte votre connaissance de votre exploitation et de son organisation. C’est également la possibilité de choisir des mesures de prévention préétablies par des experts. C’est enfin un accompagnement par des collaborateurs formés.
N’hésitez pas à faire votre demande d’accès sur le site : http://www.systera.fr, rubrique «obtenir mes identifiants». A la suite de votre demande, un courriel vous sera adressé par la FDSEA après validation de votre compte. Attention, ce courriel peut arriver dans vos courriers indésirables !
L’accès au logiciel en ligne est facturé 60 € HT (tarif adhèrent) et pourra faire l’objet d’un remboursement pour les adhérents de la FDSEA qui suivront une des formations Systera proposées tout au long de l’année.

Pour tout complément d’information, les employeurs adhérents à la FDSEA peuvent contacter le service main-d’œuvre à la FDSEA au 03 22 53 30 40 ou 03 22 53 30 43

Journée de formation le 29 novembre, à Amiens

Pour parfaitement prendre en main le logiciel et aller plus loin, le service main-d’œuvre propose aux adhérents FDSEA une nouvelle formation le jeudi 29 novembre, de 9h à 17h, à la Maison de l’agriculture, à Amiens. Gratuit (être à jour des cotisations Vivéa), frais de repas de 15 non inclus.
D’autres journées de formation seront programmées en fin d’année 2018.

Inscription auprès de Pauline Patte au 03 22 53 30 10. Mail : pauline.patte@fdsea80.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde