Aller au contenu principal

Taxe carbone et hausse de la TVA sur les engrais

Les annonces du Premier ministre après la conférence environnementale.

La TVA sur les engrais passera de 7% à 20% dès 2014.
La TVA sur les engrais passera de 7% à 20% dès 2014.
© Stéphane Leitenberger

En clôture de la deuxième Conférence environnementale, le 21 septembre, Jean-Marc Ayrault a précisé la feuille de route du gouvernement. La Loi de Finances pour 2014 prévoira la mise en place de la nouvelle contribution climat-énergie (taxe carbone)). Concrètement, une partie des taxes intérieures sur la consommation des carburants et des combustibles fossiles sera calculée en fonction des émissions de CO2 que dégage leur utilisation. «Cela concernera l’essence, le gazole, le charbon et la houille, le gaz naturel ainsi que le fioul domestique» a précisé le Premier ministre.
Pour la première année en 2014, l’impact de cette taxe carbone sera nul, a promis le Premier ministre, ce qui veut dire que son produit sera compensé par une diminution équivalente de la taxe actuelle. Elle sera soumise, ensuite, à une montée en charge progressive. De 7 euros la tonne de CO2 en 2014, à 14,50 €/t en 2015, elle passera à 22 €/t en 2016, pour rapporter 2,5 milliards d’euros au budget de l’Etat en 2015, puis 4 milliards d’euros attendus en 2016.
Le Premier ministre s’est également engagé à ce que les professionnels du transport et de la pêche, «fortement exposés», gardent leur exonération. Mais rien pour les agriculteurs qui bénéficient également de cette exemption.
Pour le reste, Jean-Marc Ayrault a rappelé l’objectif du Président de la République de ramener à 50 % la production d’électricité d’origine nucléaire dans le mix énergétique d’ici 2025, ce qui suppose de développer «fortement» les énergies renouvelables : biocarburants de 2ème et 3ème génération, biogaz, notamment.

Une agence de la biodiversité
Côté politique de l’eau, le Premier ministre n’a pas retenu la taxe sur les engrais ou le bonus/malus pour pénaliser les modes de production les plus polluants qui avaient été évoqués dans la table ronde mais une augmentation de la TVA. Actuellement fixée à 7 %, celle-ci devrait passer à 20 % dès 2014. En outre, il a décidé de porter à 1000, au lieu de 500 aujourd’hui, le nombre de captages d’eau qui seront soumis à un dispositif de protection, «notamment grâce au développement de l’agriculture biologique», a-t-il précisé. Autre piste évoquée par Jean-Marc Ayrault, la suppression des pesticides en ville et l’élimination des algues vertes dans les dix ans qui viennent.
Enfin, 2014 devrait voir la création de l’Agence de la biodiversité. Un projet de loi en ce sens sera déposé au Parlement début 2014. Au menu également de l’agenda du Premier ministre, les Etats généraux de modernisation du droit de l’environnement. Et sur ce sujet précis, le Gouvernement «travaille à la reconnaissance juridique du préjudice écologique».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde