Aller au contenu principal

Artisanat
Tristan Caron veut tester son cidre au niveau national

À 32 ans, Tristan Caron se rend au Concours général agricole du Salon international de l’agriculture pour présenter son cidre. L’objectif est de faire découvrir son produit et se mesurer à des grands producteurs de cidre nationaux.

Tristan Caron est prêt à se mesurer aux producteurs de cidre de toute la France.
Tristan Caron est prêt à se mesurer aux producteurs de cidre de toute la France.
© B. R.

Tristan Caron dirige depuis quelques mois la Cidrerie du pays des Coudriers. Il a travaillé dix ans dans l’agroalimentaire, avant de décider, en septembre 2023, de quitter son poste de responsable achat pommes de terre chez Mousline pour se consacrer pleinement à la production de cidre. Une passion qui l’emmène aujourd’hui jusqu’au concours général agricole du Salon international de l’agriculture.

«Mon père fait du cidre en tant qu’amateur depuis trente ans, il est à la retraite depuis 2022. Alors j’ai eu envie de rejoindre la cidrerie à temps plein», explique le trentenaire. Une histoire de passion dans la famille, cela fait plus de vingt-cinq ans que la famille Caron plante des arbres fruitiers. «On a environ 45 hectares de verger. Avec des variétés de pommes plus ou moins anciennes», ajoute le producteur.

 

Un habitué des concours

Même si la cidrerie est habituée aux concours, notamment lors de la Foire aux fromages de la Capelle, c’est bien la première fois que Tristan va concourir au Sia pour son cidre ainsi que son jus de pomme. «On a été récompensé plusieurs fois à la foire aux fromages de la Capelle. Mais on avait envie de se tester au niveau national.» Le concours pourrait lui offrir une meilleure visibilité. «Remporter un prix au Salon, c’est avoir son nom à l’échelle nationale. C’est aussi élargir sa commercialisation.» À l’année, le producteur transforme environ 80 tonnes de pommes, à raison de 7 à 8 tonnes par jour. Sa production annuelle est d’environ 35 000 bouteilles à l’année, réparties entre cidre (1/3) et le reste en boisson sans alcool, jus de différents fruits et jus de pomme pétillant.

 

Priorité au circuit court

Tristan Caron vend ses produits aux particuliers avec une vente et une dégustation sur la place à la ferme. Mais également aux professionnels tout en respectant un schéma de circuit court. «On est dans différents réseaux comme Bienvenue à la ferme», commente Tristan Caron. Des produits que l’on retrouve dans des bars, des restaurants ou dans les épiceries fines. «On est sur une vente avec un seul intermédiaire. On reste dans le secteur d’Amiens, la Côte Picarde, Beauvais, Saint-Quentin et on peut aller jusque Saint-Paul», ajoute le producteur qui cultive aussi un autre projet : «agrandir notre bâtiment pour faciliter la partie transformation».

 

Production en recul et consommation stable pour le cidre

La consommation de cidre est relativement stable en France. Sur la période janvier-août 2023, les volumes mis en marché ont été de 416 477 hl, contre 419 016 hl sur la même période en 2022 (- 0,6 %). Sur une année (de septembre 2022 à août 2023) 673 211 hl ont été commercialisés contre 684 519 hl en 2021-2022 (- 1,7 %). La plus grande partie de ces volumes est vendue en grande distribution : ces ventes s’élèvent à 390 593 hl en 2023 contre 398 363 hl en 2022 (- 1,95 %). Effet de l’inflation notamment, les ventes sont en hausse en valeur dans le circuit grande distribution. Elles ont atteint 125,2 millions d’euros en 2023, soit une hausse de 7,3 %. Hors de la grande distribution, dans les circuits spécialisés, les ventes sont en légère hausse (environ 1,3 %). «Des dynamiques positives sont toujours à l’œuvre sur des segments qui correspondent à un renouvellement des consommateurs et des modes de consommation, ce qui contribue à faire évoluer favorablement l’image du cidre : consommation hors domicile (cafés, restaurants), produits et circuits locaux, innovations...», explique-t-on à Unicid, l’interprofession du cidre. L’Unicid se félicite par ailleurs du bon niveau des exportations «tendanciellement en hausse sur les dernières années». Elles se sont élevées à 179 583 hl sur la période novembre 2022-octobre 2023 (+ 9,7 % par rapport à 2022 et + 24,1 % par rapport à 2021). Enfin, l’Interprofession annonce que la dernière récolte est attendue en retrait de 15 % à 210 000 tonnes de pommes à cidre. Les vergers ont subi des températures élevées et un manque de pluie en septembre et octobre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde