Aller au contenu principal

Un appel aux citoyens pour sauver la filière Maroilles

La Région Hauts-de-France appelle les consommateurs à manger du Maroilles pour sauver une filière durement impactée par les conséquences du Covid-19 sur la restauration hors foyer.

Depuis la mise en œuvre des mesures de confinement et la fermeture de la restauration hors foyer – y compris scolaire -, les ventes de Maroilles auraient en effet chuté de 40 à 90 % pour les entreprises qui le fabriquent.
Depuis la mise en œuvre des mesures de confinement et la fermeture de la restauration hors foyer – y compris scolaire -, les ventes de Maroilles auraient en effet chuté de 40 à 90 % pour les entreprises qui le fabriquent.
© V.F.

Et si demain, manger du Maroilles devenait un acte citoyen ? Cela peut d'abord faire sourire, mais l'appel de la vice-présidente du Conseil régional en charge de l'agroalimentaire, de l'agriculture et de la bioéconomie à acheter et à manger du Maroilles n'a rien d'une plaisanterie. Il vise en effet à soutenir une filière durement touchée par la fermeture de la restauration hors foyer depuis l'apparition de l'épidémie de Covid-19.

Depuis la mise en œuvre des mesures de confinement et la fermeture de la restauration hors foyer – y compris scolaire -, les ventes de Maroilles auraient en effet chuté de 40 à 90 % pour les entreprises qui le fabriquent. Pour le Brie de Meaux, dont une partie de l'appellation concerne la région Hauts-de-France, la baisse des ventes est également de 70%, selon Marie-Sophie Lesne.

Des stocks sans destination

La filière Maroilles, qui bénéficie d'une Appellation d'origine protégée (AOP) est portée par 5 PME de transformation, 7 producteurs fermiers, 2 affineurs pour 250 emplois directs.

Pour le président du syndicat du Maroilles, Claude Bera, « chaque semaine depuis le début du confinement, 55 tonnes de fromages ne sont plus produites ». Chaque transformateur a été invité par courrier à diminuer sa production.

A Sommeron (02), chez Leduc où le producteur livre son lait, la production est ainsi à l'arrêt depuis le 17 mars. Que devient ce lait ? « Pour le moment, on a trouvé un accord avec une laiterie voisine pour que le lait qui sert habituellement à la fabrication de Maroilles serve à d'autres utilisations, mais on ne sait pas combien de temps cela sera possible », poursuit M. Bera. Si les pertes financières ne sont à ce jour pas encore chiffrées, rien qu'au sein de l'entreprise Leduc, le stock de fromages de 750 grammes dormant dans les caves est estimé à 350 000 euros.

« Si on ne fait rien, on court à la catastrophe », renchérit Mme Lesne, appelant les habitants des Hauts-de-France à consommer des produits de leur région. Selon quelques rares chiffres sur la consommation de Maroilles, on estime que 80% de la production est consommée au nord de Paris.

Alors que quelques points de vente de produits fermiers « profitent » de la crise, et que des initiatives voient le jour pour tenter d'écouler quelques volumes, sans RHF, on reste loin d'atteindre un niveau de consommation habituel. Ainsi, l'appel de la Région Hauts-de-France et de la filière Maroilles à retrouver le goût du fromage « le plus fin des fromages forts » vaut aussi pour ces grandes surfaces qui ont tiré un voile sur leurs rayons « fromages à la coupe » ou celles qui ont diminué leurs gammes en libre-service.

Communication et aide au stockage

Après avoir tiré la sonnette d'alarme, la Région devrait lancer dans les prochains jours une campagne de communication pour inciter les consommateurs à acheter les produits de filières en tension. Fromages, mais aussi les viandes bovine, porcine et ovine, les fraises de saison, l'asperge... seraient concernés.

Via un groupement d'achat, le conseil régional envisage d'accroître la commande publique de Maroilles pour le service de restauration des 236 établissements scolaires dont il partage la responsabilité avec les conseils départementaux... dès que ceux-ci seront à nouveau en capacité d'accueillir leurs élèves.

L'autre levier sur lequel compte la collectivité est l'activation par la Commission Européenne de l'article 222 du règlement 1308/2013 relatif à l'Organisation commune des marchés. Face à une situation exceptionnelle, cet article doit permettre une régulation temporaire de la production laitière en autorisant le stockage privé. Le 8 avril dernier, le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand et sa vice-présidente en charge de l'agriculture ont écrit au ministre français de l'Agriculture, Didier Guillaume pour demander l'activation de cet article 222, puis au commissaire européen à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski.

« Beaucoup de filières, et pas seulement celle du Maroilles, apprécieraient de pouvoir bénéficier d'une aide au stockage privé, constatait Marie-Sophie Lesne, le 14 avril. Mais à ce jour, nous n'avons pas de réponse ». « Si nous n'obtenons pas cette dérogation, des productions vont être jetées et nous devrons faire face dans certaines situations à la destruction de plusieurs mois de production ».

Pour la Commission Européenne, une telle décision n'est pour le moment pas envisageable, compte tenu du coût que cela pourrait représenter. Autrement dit, Bruxelles fait la sourde oreille et propose aux Etats membres de se débrouiller avec quelques arrangements de la PAC.

Du côté des entreprises de fabrication de Maroilles, stocker, on y réfléchit, mais sous certaines conditions : « Congeler du Maroilles affiné, il n'en est pas question sur le plan éthique et ce n'est pas possible, défend Claude Bera. Ce que l'on pourrait éventuellement faire, c'est congeler le caillé, avant la mise en moules, mais cela demanderait des capacités de congélation et de stockage énormes. Cela risque de coincer sur le plan logistique ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde