Aller au contenu principal

Un marché alimentaire supplémentaire à Amiens

La ville d'Amiens obtient l'autorisation préfectorale d'organiser un marché alimentaire dès le dimanche 26 mars, à l’îlot Colvert, au nord de la commune.

Le marché du Colvert sera sans aucun observé de près, dimanche, notamment sur la capacité des clients et commerçants à respecter les consignes sanitaires.
Le marché du Colvert sera sans aucun observé de près, dimanche, notamment sur la capacité des clients et commerçants à respecter les consignes sanitaires.
© Amiens Métropole

La nouvelle est tombée hier, le 22 avril, et ravit déjà les habitants de l'îlot Colvert, à Amiens, comme les commerçants qui s'étaient vus interdire d'y venir. Dès ce dimanche 26 avril, un marché pourra se tenir selon des règles strictes.

« En concertation avec les abonnés, les services de la ville d’Amiens ont proposé une nouvelle organisation du marché respectant les mesures de sécurité sanitaire, en limitant le marché à 35 étals sur les 58 habituels », précisait dans la journée la ville d'Amiens.

Début avril, une pétition lancée par des habitants du quartier du Colvert – elle a été signée également par des élus locaux - demandait qu'un marché de taille plus modeste que celui qui s'y tenait avant le confinement puisse avoir lieu.

Le marché nouvellement autorisé sera installé en trois rangées rue Léo Lagrange, entre les rues César Franck et Winston Churchill. Les étals seront limités à 10 mètres linéaires et espacés de 3 mètres, par une matérialisation de marques de peinture au sol. Il se tiendra de 8h à 13h.

Strict respect des consignes sanitaires

Du côté de la préfecture de la Somme, on précise qu'il s'agit d'une première « expérimentale », compte tenu du contexte sanitaire lié à l'épidémie de Covid-19, et que « le dispositif sera pérennisé uniquement si les gestes barrières, et notamment le respect d’une distance d’un mètre entre les clients, est respecté ».

À Amiens, deux demandes de dérogation ont déjà été acceptées concernant les Halles du Beffroi et le point de distribution de denrées alimentaires proposées par des producteurs locaux à l’espace Dewailly.

Avec le marché du Colvert réouvert, ce sont donc désormais trois marchés municipaux qui sont ouverts à la population amiénoise, ainsi qu'aux producteurs et commerçants alimentaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde