Aller au contenu principal

Grandes cultures
Un mois de retard et un rendement diminué pour la chicorée

La chicorée n’est pas épargnée par les conditions exceptionnelles de la campagne 2022 et accuse, déjà, une baisse de rendement de l’ordre de 16 % qui pourrait encore s’accentuer d’ici la fin de la récolte mi-décembre.

Récolte des parcelles d’essai le 5 octobre dernier : les rendements font le grand écart entre 10 et 50 tonnes à l’hectare dans le meilleur des cas.
Récolte des parcelles d’essai le 5 octobre dernier : les rendements font le grand écart entre 10 et 50 tonnes à l’hectare dans le meilleur des cas.
© Yannick Delourme

2 000 ha de chicorée ont été plantés dans les Hauts-de-France, dont une grosse proportion dans le bassin historique de production entre Dunkerque (59) et Calais (62). 2 000 ha semés autour du 8 avril, c’est la date clé depuis quelques années. Sauf que cette campagne n’est pas comme les autres et que le calendrier comme les rendements se voient bouleversés par l’absence de précipitations dans le mois qui a suivi les semis : la chicorée accuse du retard et les rendements font le grand écart entre 10 et 50 tonnes à l’hectare dans le meilleur des cas. «Des écarts très marqués, parfois au sein d’un même village», précise Yannick Delourme.

Le responsable du service agronomie de l’interprofession de la chicorée de France détaille : «Cela s’est joué à huit jours parfois : ceux qui ont osé semer au 30 mars alors qu’il faisait un peu froid et ceux qui ont attendu le 8 avril. Les premiers ont bénéficié des 20 millimètres de pluviométrie qui ont fait la différence. La levée, c’est 80 % de la croissance de la chicorée.» Et pour ceux qui ont semé autour du 8 avril, il a fallu attendre entre le 17 et le 23 mai pour avoir les premières pluies, et observer les premières levées début juin. «Nous avons un mois de retard», résume Yannick Delourme.

«L’irrigation, quand elle a pu être possible, a été préconisée dans les parcelles très sableuses, sans réserves d’eau et où les planteurs ont vu les feuilles de leurs chicorées se transformer en tabac.» Une année atypique comme il n’en a connu qu’une autre en trente ans : 2001.

Rendement de 16 % inférieur

Concrètement, on observe des racines en moyenne 16 % plus petites qu’à l’ordinaire, soit un déficit de rendement équivalent, et cela pourrait s’accentuer car pour l’heure, seuls les 30 % des plus beaux champs ont été récoltés.

Pour les autres, les grosses chaleurs suivies de fortes précipitations puis d’un redoux ont bouleversé le calendrier biologique des plantes dont le bouquet foliaire s’est fortement développé, et dont les racines se sont gorgées d’eau. Mais l’été indien que l’on a connu ces derniers jours joue en faveur des racines, qui se concentrent de nouveau en sucre. Le taux de matière sèche, très élevé en début de campagne (24,8 %), avoisine depuis les 23,6 %. Il faudra trouver le juste équilibre pour la date d’arrachage qui s’étalera jusque mi-décembre.

Et si les conditions de récolte ont été bonnes à l’ouverture des sécheries, «elles se sont rapidement compliquées dans certains secteurs comme sur le Dunkerquois avec des cumuls de pluviométrie allant jusqu’à 200 millimètres du 1er septembre au 28 octobre alors que sur la région d’Orchies et le secteur de la Somme, nous enregistrons 70 millimètres de moins ce qui permet de continuer d’approvisionner les usines», relate Yannick Delourme.

Car les usines de première transformation, Leroux à Vieille-Église (62) et Sonodé à Saint-Pierre-Brouck (59), ont temporisé leur ouverture mais sont soumises à la tension énergétique. Et, contrairement aux sucreries qui ont ouvert avec une semaine d’avance pour pallier les éventuelles difficultés hivernales d’approvisionnement en gaz, les sécheries ont ouvert avec une semaine de retard. «L’interprofession militait pour attendre encore un peu, mais le contexte est tendu», reconnaît le responsable agronome. 

Il sera temps de faire les comptes à la fin de la récolte, mais il faut déjà penser à l’avenir. En poursuivant notamment les essais sur les trois parcelles gérées par l’interprofession à Orchies (59), Brouckerque (59) et Audruicq (62). La sélection variétale est au cœur des enjeux avec l’étude de celles qui auront le mieux résisté à la sécheresse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde