Aller au contenu principal

Un pâturage des couverts hivernaux gagnant-gagnant

Chaque hiver désormais, les brebis de Manuel Verscheure, éleveur à Revelles, pâturent dans les couverts d’interculture du polyculteur voisin, Benoît Ghesquière. Un partenariat gagnant pour tout le monde.

La pratique implique du travail de clôture (deux heures tous les deux jours), mais le gain en fourrage est conséquent.
La pratique implique du travail de clôture (deux heures tous les deux jours), mais le gain en fourrage est conséquent.
© Alix Penichou

Chaque jour, l’assiette des brebis de Manuel Verscheure est pleine de produits frais. Au menu : un couvert d’interculture composé de moutarde, féveroles, radis fourragers, facélie, avoine, lin, vesces et tournesols. Une centaine de bêtes, sur les 320 moutons de l’éleveur, pâturent dans cette parcelle de Benoît Gehesquière, polyculteur voisin. «Je suis installé sur 25 ha, dont 10 cultivés en céréales. Cette surface n’est pas suffisante pour mon troupeau. Ce partenariat avec Benoît est donc le bienvenu», commente Manuel.

 

Les agriculteurs ont débuté leur alliance avec un échange paille-fumier. Il se sont ensuite accordés sur le pâturage des couverts hivernaux il y a quelques années. Les brebis gestantes sont entrées dans la parcelle début octobre, et rentreront à la bergerie en début d’année, puisque l’agnelage est prévu le 15 janvier. L’éleveur n’y voit que des avantages : «Elles sont mieux dehors que dedans, surtout du point de vue respiratoire. Côté nutritionnel, le mélange de légumineuses, de crucifères et de graminées et parfaitement équilibré. La fin de gestation est une période essentielle qui déterminera la production de lait.» La pratique nécessite un couvert bien développé et ligneux. Cette année, celui-ci a pâti d’un semis tardif, dans des conditions sèches. «D’habitude, il atteint 1,50 m et on ne voit plus les moutons», assure Benoît.

 

Du travail de clôture 

Ce pâturage implique cependant une charge de travail conséquente. Manuel passe environ deux heures tous les deux jours à clôturer le nouveau parc. «Je fais des carrés de 70 x 70 m, soit 50 ares tous les deux jours. Il ne faut pas que les brebis aient faim !» L’éleveur est néanmoins bien équipé, avec un kit spider. Le même mécanisme permet de porter, de poser et de ré-enrouler les clôtures mobiles rapidement, grâce au boîtier de vitesse qui démultiplie l’enroulement. 

Benoît, lui, parle d’une «opération blanche». «J’ai réalisé un reliquat d’azote dans une modalité avec pâturage de moutons et dans une autre sans pâturage. Le résultat est le même. Ce qui signifie que les moutons apportent autant qu’ils n’exportent», assure-t-il. Le polyculteur y voit des avantages : «Outre l’aspect environnemental intéressant, cela m’économise un broyage avant les semis. L’effet piétinement permet de réguler les rongeurs.» Il n’est pas rare de voir un rapace, friand de campagnols, perché sur un piquet de coin.

 

Une pratique qui se répand

Le pâturage des couverts hivernaux est une pratique de plus en plus répandue. L’association Mouton boulonnais réunissait d’ailleurs ses adhérents lors d’une réunion technique à ce sujet, lundi 6 décembre chez Olivier Desmarest à Sainte-Segrée (80). «Il s’agit d’un partenariat gagnant-gagnant avec un réel intérêt agronomique pour la parcelle : restitution de fertilisants, maintien de la matière organique, stimulation de l’activité biologique du sol, minéralisation accélérée et diminution de la présence des limaces et mulots, note Stéphane Pype, ancien conseiller ovin désormais éleveur. Les bénéfices environnementaux sont non négligeables avec des réductions des rejets de dioxyde de carbone, des augmentations de la biodiversité naturelle et du stockage de carbone dans le sol. Les bénéfices économiques sont chiffrables.» Les brebis sont en bonne santé et reprennent de l’état, les problèmes de parasitisme et de boiterie sont peu fréquents.

D’autres journées techniques sont programmées dans les prochains mois. Plus de renseignements auprès de l’Association mouton boulonnais, 03 20 67 03 51.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde