Aller au contenu principal

Un président, une ministre et un député désignés « boulets du climat »

Greenpeace a dévoilé ce matin, mardi 26 janvier, devant l'Assemblée Nationale les trois lauréats de son concours Les Boulets du climat qui « récompensent » des personnalités publiques « pour leur inaction en faveur de l'environnement », décrit l'ONG.

Scène surréaliste d'une remise des prix du concours "Les boulets du climat" par l'ONG Greenpeace.
© Greenpeace

Mardi 26 janvier, c’est devant l’Assemblée nationale avec tapis rouge, scène, banderoles et quelques militants chargés de représenter un public pas si nombreux que celui revendiqué que l’association Greenpeace organisait la remise des Boulets du climat à des personnalités politiques – députés ou ministres – pour « leur inaction en faveur du climat ».

Les « Boulets du climat » de Greenpeace sont à la politique ce que sont les « Gérard du cinéma » ; à savoir un prix satirique décerné aux « pires » personnalités politiques pour leur prestation pendant l’année. Toujours selon l’ONG, il s’agit d’« éclairer les citoyens sur les décisions anti-climat prises par les responsables politiques au pouvoir, et récompenser ensemble le pire de l’inaction climatique ».

Ces élus ou personnalités prises pour cible par Greenpeace, qui sont-ils ? Dans la catégorie des députés, le prix revient à Mohamed Laqhila, accusé par l’ONG d’être le « plus fidèle ami de Total », notamment par la « défense du pétrolier et son utilisation d’huile de palme dans les carburants ».

Encore et toujours les néonicotinoïdes

Dans la catégorie des ministres, le prix revient à Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et qualifiée de « tueuse d’abeilles » pour avoir défendu la ré-autorisation des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave. Pour Greenpeace, Mme Pompili s’est « démarquée » des autres nominés et « remporte le prix haut la main ». Le « crime » qui lui vaut d’être qualifiée d’« as du renoncement » est « d’avoir signé en 2020 le retour des néonicotinoïdes qu’elle a fait interdire en 2016 ».

Un « prix spécial » du jury enfin a été décerné au Président de la République, Emmanuel Macron, « pour l’ensemble de son œuvre », son « mépris pour la cause écologique » et « ses promesses non tenues ». L’ONG lui reproche notamment d’être « directement responsable des décisions anti-climat de son gouvernement et des députés LREM ».

Sur son site web, Greenpeace indique que 30 000 votes ont été enregistrés en l’espace de deux mois. Avant d’appeler ses militants à « faire tourner » la vidéo désignant les lauréats « afin de leur donner la reconnaissance qu’ils méritent ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde