Aller au contenu principal

Journée mondiale du lait
Une invitation à la ferme et à la laiterie pour mieux expliquer les métiers

Dans le cadre de la journée mondiale du lait qu’anime le Syndilait, la laiterie Lactinov d’Abbeville ouvre ses portes le samedi 3 juin au grand public. Une invitation est aussi donnée à la ferme d’un adhérent. Une action de communication importante pour promouvoir la filière. 

La laiterie d’Abbeville veut notamment mettre en avant son engagement  dans la réduction de son impact environnemental.
La laiterie d’Abbeville veut notamment mettre en avant son engagement dans la réduction de son impact environnemental.
© A. P.

Chaque année, les produits laitiers connaissent une baisse de consommation de l’ordre de 3 %. «Pour freiner cette décroissance, nous devons mieux communiquer sur les valeurs de notre filière, l’investissement des Hommes qui s’y engagent, et les valeurs nutritives du lait. La porte ouverte que nous organisons ce 3 juin dans le cadre de la journée mondiale du lait s’y prête pleinement», acquiesce Grégoire Aufort, directeur des achats de la laiterie Lactinov (groupe Lact’Union), à Abbeville. Au cœur du Vimeu, l’entreprise qui fête ses quatre-vingts ans cette année est une institution… «Et pourtant, les locaux ne savent pas assez ce que nous faisons ici.»

Le sujet intéresse : 750 personnes se sont inscrites pour découvrir les différents métiers de la filière et le parcours du lait «de la vache au verre de lait». La veille, 250 enfants visiteront le site avec leur école. À Abbeville, comme pour l’ensemble des sites industriels, les maîtres-mots sont la sécurité alimentaire et la qualité. «Ces notions prédominent sur tous les postes : réception, écrémage, pasteurisation, préparation des recettes, fabrication du beurre, des bouteilles, remplissage, regroupement des bouteilles…» 

Le travail de réduction de l’impact environnemental sera mis en avant. «L’un de nos gros enjeux est, par exemple, le recyclage des emballages. Nous devons évidemment être aux normes, et nous voulons aussi anticiper les prochaines obligations.» En juillet 2024, toutes les bouteilles devront être équipées de bouchons solidaires. «Dans notre deuxième site de Braine (02), c’est déjà le cas pour 75 % des briques de lait que nous produisons.» Un investissement de taille pour adapter les machines. En 2030, les bouteilles en PEHD (polyéthylène haute densité) devront aussi être composées à 30 % de matière recyclée. Un défi pour la laiterie samarienne, qui fabrique ses bouteilles elle-même. La décarbonation de l’activité est poussée au sens large. «Nous optimisons l’usine pour qu’elle soit toujours plus résiliente en consommation d’énergie.» 

 

Le bien-être animal sur la table

Il sera aussi question d’environnement dans les élevages. Pour la première fois, la laiterie propose une visite de ferme en parallèle de l’usine. Rendez-vous est donné au Gaec Le Normand, à Saint-Riquier. 180 vaches y sont élevées en traite robotisée. «Nous accueillons le grand public pour la première fois. Pour nous, communiquer sur notre métier devient essentiel, car les gens le connaissent mal», confie Laurence Balesdent, une des quatre associés. «Nous parlerons alimentation, bien-être animal, logement des vaches, surveillance de la qualité du lait… Il nous faut être pédagogues pour casser les idées reçues», ajoute Sébastien Grymonpon, responsable amont de la coopérative. 

Les organisateurs s’attendent aux questions sur le bien-être animal et sont sereins. «Les gens doivent comprendre que pour être productive, une vache doit se sentir bien.» L’outil de mesure Boviwell, de plus en plus utilisé dans les élevages, l’atteste. Autre outil mis en avant : les diagnostics CAP2ER, utilisés dans le cadre de la ferme laitière bas carbone. «En tant que laiterie, nous sommes pleinement impliqués dans cette démarche du Cniel. Nous accompagnons nos éleveurs dans la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre à partir de ce diagnostic individualisé. Chaque éleveur peut choisir les leviers d’action adéquats à son exploitation et à ses objectifs.» Des efforts du quotidien qui valent le coup d’être mis en avant.

La coopérative en chiffres

360 exploitations et 550 coopérateurs
225 millions de litres de lait collectés, dont 9 millions de litres de lait bio
70 vaches laitières : c’est la ferme moyenne chez Lact’Union
450 salariés
330 millions d’unités d’emballage vendues (bouteilles, briques, beurre, produits spécifiques…)
90 % des produits sont vendus en France
10 % du grand export (55 pays) compense la baisse de la consommation de lait en France
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde