Aller au contenu principal

Grandes cultures
Une nouvelle feuille de route pour Intercéréales

Pour financer ses actions au cours des trois prochaines années, l’interprofession compte sur le prolongement la Cotisation volontaire obligatoire (CVO).

Intercéréales
© Pixabay

L’interprofession céréalière, réunie sous l’unique bannière Intercéréales, a tenu, le 25 novembre dernier, sa première assemblée générale depuis le rapprochement acté de Passion céréales, de France Export céréales et d’Intercéréales au mois de juillet dernier. La nouvelle entité élabore un schéma directeur avec les membres des collèges de la production (AGPB, AGPM, FGC*), de la collecte (coopératives, négoces) et de la transformation (malterie, semoulerie etc.).

Au cours des trois prochaines années, l’interprofession aura pour mission de veiller à la qualité sanitaire des céréales et de structurer la démarche RSE des filières. Elle soutiendra aussi la transition environnementale et elle investira dans la recherche, le développement et l’innovation. Pour financer ses actions, Intercéréales mise sur le prolongement de la Cotisation volontaire obligatoire actuellement prélevée sur le volume de céréales vendu par l’agriculteur, sur le volume collecté par l’organisme stockeur et sur le volume transformé en farine par le meunier.

Intervenant à cette assemblée générale, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, s’est complètement inscrit en phase avec les missions que l’interprofession céréalière s’est donnée au cours des trois prochaines années. Selon lui, l’Union européenne doit continuer à produire plus de céréales et à exporter ses excédents. C’est une question de souveraineté alimentaire.  Le locataire de la rue de Varenne ne partage cependant pas les objectifs de décroissance contenus dans Pacte vert de la Commission européenne et son volet agricole « De la Ferme à la fourchette ».

A contrario, le ministre a déclaré être un farouche partisan des New breeding technologies (NBT) et de l’édition génomique en particulier.

Nouvelle page de l’histoire agricole

Julien Denormandie s’est réjoui de voir l’ensemble de la filière céréalière prendre son avenir en main en s’étant approprié le plan de « Relance économique de la France de 2020-2022 » et le plan « France 2030 ».

Le plan de Relance est un programme mis en place par le gouvernement français dans le but de relancer l'économie française à la suite de la crise économique liée à la pandémie de Covid. Le plan « France 2030 » est un plan d’investissement visant à répondre aux grands défis à venir, en particulier la transition écologique. « L’agriculture écrit une nouvelle page de l’histoire agricole, a affirmé Julien Denormandie. Les enjeux agricoles et environnementaux s’alignent ». Selon lui, produire des céréales et stocker du carbone dans le sol crée à la fois de la valeur agricole et de la valeur environnementale.

Pour Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales, « l’interprofession se mobilise pour tendre vers la neutralité carbone d’ici 2030. Cette démarche associera les acteurs des trois collèges afin de trouver à l’échelle de l’interprofession les moyens de réduire l’émission de gaz à effet de serre ».

Les prix records des céréales ravissent les producteurs de l’AGPB et de l’AGPM mais la conjoncture céréalière complique le fonctionnement des filières avales de l’interprofession. « Aujourd’hui, l’enjeu est de pouvoir transférer les signaux du marché tout au long de la chaine de transformation et de distribution jusqu’au consommateur afin de répercuter sur les prix la hausse des céréales », a expliqué Jean-François Loiseau. 

* Association générale des producteurs de blé et autres céréales (AGPB) ; Association générale des producteurs de maïs (AGPM) ; France grandes cultures (FGC).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde