Aller au contenu principal

«Une production à un prix encore ferme»

Après avoir arrêté plusieurs années, Olivier Petit a repris la production de pommes de terre fécule sur son exploitation, à Bonnay.

Olivier Petit : «Il fallait trouver un revenu supplémentaire.»
Olivier Petit : «Il fallait trouver un revenu supplémentaire.»
© AAP


La pomme de terre fécule, il connaît bien. Sur son exploitation de 296 ha, à Bonnay, il en faisait, ainsi que des céréales, des protéagineux et des oléagineux. En 2004, avec le départ de son salarié à la retraite, le dilemme se pose d’embaucher pour poursuivre cette culture ou de simplifier son système. Il opte pour le second et arrête la fécule. L’arrivée de son fils sur l’exploitation l’an dernier remet au goût du jour la fécule.
«Il me fallait trouver un revenu supplémentaire. La fécule pouvait y répondre, d’autant que c’est une production où on a encore un prix ferme pour le moment. Je pense que c’est aussi pour cela que celle-ci connaît un nouvel essor sur notre territoire, d’autant que le marché des céréales est sinistré», explique Olivier Petit. Autre avantage : sur le plan agronomique, cela permet de faire une certaine diversification des cultures.

Un départ retardé par les pluies
Compte tenu des pluies incessantes, il n’a commencé à planter que le 19 avril. «D’habitude, à cette date, nous avons fini», relève-t-il. Et de craindre que plus on plante tard, moins on récolte. Il est parti sur un contrat de production de 1 750 tonnes. Pour ce faire, il a acheté un peu plus de 70 tonnes de plants répartis sur 31,50 ha. Il a choisi comme variétés Amyla, Kardal et Oleva. «On n’a pas vraiment le choix, note-t-il, car Amyla et Kardal représentent 70 % des plants que Roquette réceptionne.»
Si la plupart des féculiers plantent et buttent après, lui, a décidé de planter et butter en même temps. «En procédant de la sorte, on fait de plus belles buttes et l’on gagne un passage», dit-il. Seul bémol : cela implique de travailler plus en profondeur. Or, avec la répétition des pluies, la terre n’a pas eu le temps de sécher et, en profondeur, elle regorge encore de pas mal d’eau.
S’il s’est occupé de la préparation du sol, puis gérera le travail phytosanitaire, il a confié à une ETA (entreprise de travaux agricoles) la plantation et la récolte. «En faisant appel à leurs services, je bénéficie de matériels dernier cri que je n’aurais pas pu acheter», explique-t-il. Avant d’ajouter : «C’est une culture contraignante par rapport au blé. Il y a beaucoup de travail à faire.» Mais le prix de la production étant assurée, à la différence de toutes les autres, cela permet de stabiliser le chiffre d’affaires de l’exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde