Aller au contenu principal

Une récolte française abondante à écouler

La récolte de pommes de terre 2013 s’affiche en nette progression en raison d’une augmentation des surfaces et des rendements. L’équilibre du marché ne pourra être réalisé que par l’exportation, à ce jour incertaine.

© S. Leitenberger


L’Union nationale des producteurs de pommes de terre (Unpt) et l’interprofession (Cnipt) viennent de communiquer leur estimation de production de pommes de terre de conservation pour la récolte 2013. Elle porte sur 5,235 Mt. Ce chiffre représente une progression de 11,6 % sur la campagne 2012-2013 et de 8,1 % par rapport à la dernière moyenne quinquennale. Une augmentation des surfaces de 3,4 %, à 117 150 ha, et un rendement estimé à 44,7 t/ha contre 41,4 t en 2012, expliquent cette forte reprise de production, après une faible récolte en 2012.
Pratiquement, toutes les régions productrices de l’Hexagone voient leur récolte progresser, en particulier les deux premières d’entre elles : le Nord-Pas de Calais, + 25,4 %, pour 2,8 Mt et la Picardie, 1,265 Mt soit + 8,6 %. Les prix ont, jusqu’à présent, bien résisté à cette perspective de récolte abondante, en raison de faibles disponibilités en début de campagne (pas de stocks, arrachages retardés), approchant les niveaux élevés de l’an dernier et, heureusement sans commune mesure avec ceux, catastrophiques, de 2011. Seuls les cours des variétés destinées à la transformation ont enregistré un fort recul sur l’an dernier, entre 120 et 150 €/t contre 230 €/t.

Recul de la Grande-Bretagne
Compte tenu du volume de l’offre maintenant disponible, la deman­de sera-t-elle en mesure de l’équilibrer pour éviter une baisse des prix ? La consommation en frais des ménages, bien qu’en retrait sur l’an dernier (-1,7 % pour la période du 8 septembre au 6 octo­bre), reste bien orientée par rapport à la moyenne des années précédentes. Il est important de la préserver mais on ne peut en attendre une augmentation considérable des volumes. En revanche, la demande en produits transformés (frites, flocons et autres chips) continue de progresser et les besoins de l’industrie de croître, représentant un débouché solide et prometteur.
Mais c’est surtout l’exportation qui peut assurer cet équilibre offre/demande. Elle a démarré prudemment pour les deux premiers mois de la campagne (août/septembre), le manque de marchandise à ce moment ne l’ayant pas favorisée. 111 100 t ont été vendues à l’extérieur, contre 131 700 l’an dernier. L’Italie est revenue en force sur notre marché avec 36 700 t, l’Espagne, notre premier client accuse un retard pour des raisons logistiques temporaires.
Les ventes aux pays de l’Est, en chute libre l’an dernier, passent de 700 t à 3 200 t. Mais la Grande-Bretagne qui avait acheté en masse des tubercules français en 2012-2013 pour cause de pénurie locale, est retombée, pour les deux premiers mois de campagne, de 30 100 t à 2 200 t ! Ce qui risque de peser lourd sur le bilan export 2013-2014.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde