Aller au contenu principal

Viande bovine : Didier Guillaume tape du poing sur la table

«Je réunirai dans les jours qui viennent l’ensemble des acteurs de la filière» de la viande bovine, annonce le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume dans un communiqué le 4 mai. Le but de cette réunion, en pleine polémique sur les prix payés aux éleveurs : partager des données officielles (consommation, exports, abattages, stocks sur pied en élevages) et «voir comment la transparence, et les efforts faits par chacun des maillons de la chaîne, auront comme conséquence une meilleure répartition de la valeur». «Stop à la baisse injustifiée de la rémunération de la production», lance le ministre. M. Guillaume fait sienne l'analyse de la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA), en dénonçant le paradoxe entre la hausse de la consommation, notamment de viande hachée, et la baisse des cotations entrées abattoirs. «Cette mécanique perdante n’est ni admissible, ni soutenable pour les éleveurs, comme pour toute la filière viande française à très court terme», estime-t-il. En référence au travail mené par l'interprofession Interbev, M. Guillaume considère que «mieux évaluer la part du prix payé par le consommateur sur le steak haché qui revient à l’éleveur devient (…) un enjeu majeur».

Quel coût de production du steak haché ?

Guy Hermouet, président de la section bovine d'Interbev, «espère avoir les résultats dans dix jours» du travail en cours sur le coût de production du steak haché. Lancé avant les Etats généraux de l'alimentation, ce chantier visant à apporter plus de transparence a été remis au goût du jour par la crise sanitaire du Covid-19. La consommation de steak haché a explosé depuis le début du confinement, à tel point que des morceaux "nobles", prioritairement destinés à la restauration, ont été transformés en haché. Ce phénomène a aggravé le déséquilibre de valorisation de

s carcasses, la viande pour haché étant payée moins cher. Dans un communiqué du 4 mai, le ministère de l'Agriculture rappelle que le steak haché représente 70 % de la valorisation d'une carcasse. «Nous avons besoin de revaloriser la viande hachée», reconnaît M. Hermouet. «Mais ça ne veut pas forcément dire que le prix au consommateur va augmenter», prévient-t-il, plaidant pour une «répartition équitable de la valeur». «Nous voulons faire approuver ce travail par toutes les familles d'Interbev», indique cet éleveur, «et nous comptons si besoin sur le ministre pour jouer le rôle d'arbitre.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde