Aller au contenu principal

Gastronomie
«Vivat» pour le P’tit flamand et son grand frère

Après avoir lancé fin 2020 le P’tit Flamand, un fromage au lait de vaches rouge flamande affiné à la bière Trois Monts, Thomas Vaesken commercialise depuis quelques jours le Flamand rouge, un fromage typé «mimolette».

La rencontre pour parler de la fabrication du Flamand rouge se fait naturellement autour d’une bière, à Saint-Sylvestre- Cappel (59), au-dessus des ateliers de fabrication de la bière «Trois Monts». C’est en effet grâce à un partenariat noué en 2019 entre la famille Vaesken et la Brasserie Trois Monts qu’est né le P’tit flamand, une tomme à pâte pressée non cuite, fabriquée en partie avec du lait écrémé.

Depuis, un nouveau fromage a fait son apparition : le Flamand rouge. Il s’agit cette fois d’un fromage de type «mimolette», avec 100 % de lait entier. Les deux ont en commun d’être fabriqués à partir de lait de vache de race rouge flamande.

Du lait de rouge flamande
Contrairement à l’oiseau (le flamant rose ou rouge), la terminaison du Flamand rouge est bien un -D, en référence à la Flandre. Pour avoir grandi dans une ferme laitière à Saint-Sylvestre-Cappel, Thomas Vaesken voulait créer un fromage qui garantit un lien fort avec son terroir.  Avec Pierre Marchica, le patron de la Brasserie 3 Monts, ils se connaissent «depuis 2015» et partagent «la même envie de faire rayonner la Flandre», affirment-ils. Chez les Vaesken, la rouge flamande est une affaire de famille puisque si Thomas a fait le pari de la transformation, son frère jumeau a repris l’exploitation familiale sur laquelle on élève aussi des vaches de race rouge flamande. A mesure que la fabrication va décoller, il veut faire profiter d’autres élevages de cette race emblématique d’une plus-value sur le prix du lait – il l’achète actuellement 450 €/1000 litres –, et rendre le cahier des charges plus exigeant.

Relocaliser la production
Pour 100 litres de lait, Thomas Vaesken fabrique environ 10 kilos de Flamand rouge ou 9 kilos de P’tit Flamand. A l’origine de la fabrication de plusieurs fromages emblématiques (Maroilles, Bergues, Mimolette et même Rollot), le lait des vaches rouge flamande est reconnu pour sa richesse protéique. Comme pour la mimolette, la couleur du Flamand rouge lui vient de l’ajout d’un colorant naturel, le rocou. «Cela ne lui amène pas de goût, juste de la couleur», explique le fromager. Six semaines d’affinage sont nécessaires pour le P’tit Flamand contre trois mois au minimum pour le Flamand rouge. Cette étape essentielle s’effectue actuellement dans la cave d’une maison particulière spécialement aménagée – celle des grands-parents de Pierre Marchica, à deux pas de la Brasserie Trois Monts et devant laquelle se dresse une houblonnière.

Si la fabrication des deux fromages est encore réalisée dans les ateliers du lycée agricole des 3 Chênes, à Le Quesnoy (59), Thomas envisage de rapatrier l’activité dans le corps de ferme qu’il vient d’acquérir à Saint-Sylvestre-Cappel. «C’est un projet global qui évolue petit à petit, en fonction des rentrées d’argent. Tout ce qui est gagné avec cette activité est réinvesti», explique ainsi le fromager.

L’idée d’un troisième fromage
La fabrication du P’tit Flamand comme celle du Flamand rouge sont encore confidentielles en quantité, ce qui explique que Thomas Vaesken ne vit pas encore de cette activité. L’an dernier, il estime avoir transformé environ 25 000 litres de lait. Toutefois, il n’a pas quitté son emploi dans le secteur de la construction – il est ingénieur de formation – pour rien puisqu’il est actuellement responsable de production à la fromagerie de l’Abbaye du Mont des Cats.

Pour Thomas Vaesken, il n’y a pas de doute sur le fait que son expérience en matière fromagère l’a aidé pour décrocher ce poste, autant que cela lui permet d’affiner sa technique. Pas à court d’idée, il envisage de créer un troisième fromage pour sa «Fromagerie de Flandre», «avec de la bière intégrée directement dans la recette, et plus seulement pour l’affinage». De la bière de la Brasserie Trois Monts, de toute évidence.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde