Aller au contenu principal

Politique
Xavier Bertrand jaloux de Julien Denormandie ?

Entre le président d'une Région où l'agriculture a un poids conséquent et un ministre dont l'agriculture est le job, le match est ouvert pour savoir lequel saura conquérir le cœur des agriculteurs en leur apportant des réponses.

Xavier Bertrand et Julien Denormandie
Le président du Conseil régional Hauts-de-France Xavier Bertrand écrit au ministre de l’Agriculture dès qu’un sujet agricole majeur pour le territoire fait l’actualité, avec des réponses de l’intéressé qui se font parfois attendre longtemps.
© D.R.

Alors qu’il était question des relations entre le monde agricole, le grand public et les politiques, une « petite phrase » n’est pas passée inaperçue, lundi 8 mars, pendant la séance d’échange entre Xavier Bertrand et la profession agricole des Hauts-de-France. Et elle concerne le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie : « Vous êtes fous amoureux de Julien Denormandie, mais il faut quand même regarder la vérité en face. Des filières sont en danger et on n’a pas de réponse… »

Quand il s’agit de défendre les intérêts des filières brassicole, pommes de terre, betteraves ou encore tout récemment de l’endive, Xavier Bertrand n’hésite pas à prendre la plume et à interpeller le ministre. Problème, selon lui : « Il ne répond pas aux courriers ! C’est à croire qu’il y a un chien dans les couloirs du ministère de l’Agriculture qui bouffe les courriers (sic) ».

Puis le président de la Région détaille ce qu’il entend d’une fonction comme celle occupée par Julien Denormandie : « Être sympa, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant. Tenir tête à la ministre de l’Écologie, ça ne suffit pas. Il faut être dans une stratégie de conquête. On ne peut pas se contenter de ne pas reculer. L’État et le ministère (de l’Agriculture, ndlr) doivent prendre leurs responsabilités ».

Vendredi 5 mars, lors d’un échange avec des agriculteurs de la Somme à Chaussoy-Epagny, Xavier Bertrand s’était déjà ému du manque de solutions apportées par le ministre de l’Agriculture aux préoccupations du monde agricole : « Il faut des résultats », avait-il défendu.

A la question « Xavier Bertrand est-il jaloux de Julien Denormandie ? » la réponse est donc sans aucun doute « non », mais le président de la Région des Hauts-de-France aimerait quand même qu’on lui réponde quand ses questions portent sur des filières dont le territoire est un acteur majeur.

Le dernier courrier daté du 10 mars qu'il a adressé à la Rue de Varennes, concernant un soutien aux producteurs de pommes de terre pour rénover leurs bâtiments de stockage, montre que Xavier Bertrand n'a pas l'intention de lâcher le morceau.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde