Aller au contenu principal

Pommes de terre
Xavier Bertrand sollicite (encore une fois) le ministre de l’Agriculture

Le président de la Région Hauts-de-France demande une nouvelle fois à l’État d’augmenter sa participation dans l’aide à la rénovation du parc de bâtiments de stockage après l’interdiction du CIPC.

Xavier et PdeT
Le stockage de la pomme de terre depuis l’interdiction du CIPC était au cœur d’une rencontre, fin de semaine dernière, d’une rencontre entre des agriculteurs de la Somme, Jean-Michel Serres, président de la commission agriculture du Conseil régional et Xavier Bertrand.
© V.F.

La tournée des départements des Hauts-de-France de Xavier Bertrand à la rencontre d’agriculteurs la semaine dernière, puis une rencontre virtuelle entre le président de Région et la profession agricole en ce début de semaine (8 mars) ont remis le sujet sur le tapis : l’interdiction de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre et le montant d’aides destinées à accompagner les investissements dans de nouveaux solutions de stockage inquiètent toujours les producteurs.

Après avoir écouté la demande de la filière pommes de terre qui lui demande plus d’engagement, et avoir rappelé ce que la Région avait déjà engagé, Xavier Bertrand a écrit hier, mercredi 10 mars, au ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie pour solliciter une « rallonge » de la part de l’État.

Dans le courrier cosigné de la vice-présidente du Conseil régional en charge de l’agriculture, Marie-Sophie Lesne, le président de la Région rappelle qu’elle est « prête à augmenter sa contribution financière à due concurrence de celle de l’État, afin de mobiliser une plus grande enveloppe FEADER ».

Actuellement, si l’État a d’ores et déjà accordé une enveloppe de 750 000 euros en 2020, « et autant en 2021 », selon la Région, « force est de constater que cette enveloppe n’est pas à la hauteur », écrit Xavier Bertrand. Or, selon les calculs de la profession agricole, « il faudrait 300 millions d’euros sur cinq ans pour la rénovation du parc des bâtiments de stockage de notre territoire ».

La demande de Xavier Bertrand à Julien Denormandie porte sur un doublement « a minima » de l’enveloppe de l’État allouée à cet effet. Ainsi, assure le président de la Région Hauts-de-France, « l’appel à projets qui sera lancé pourra avoir l’effet levier escompté pour rénover massivement le parc de bâtiments ».

« L’interdiction du CIPC entraîne des coûts supplémentaires importants pour nos agriculteurs, poursuit la Région (…) Ne pas accompagner ces mêmes producteurs reviendrait à faire peser intégralement sur eux la quasi-totalité du coût de cette interdiction (…) et entamerait grandement la compétitivité de cette filière d’excellence ».

Pour les non-initiés, la question est de savoir pourquoi le Conseil régional s’intéresse autant à la production de pommes de terre ? Pour ce qu’elle représente en termes économiques pardi : à elle seule, les producteurs des Hauts-de-France comptent pour 63% de la production nationale de pommes de terre, pour un chiffre d’affaires de plus d’un milliard d’euros et plus de 1 500 emplois. Plusieurs projets d’implantation d’usines de transformation – dans le Dunkerquois avec Clarebout, en Haute-Somme avec Ecofrost – devraient également faire prendre conscience de l’urgence qu’il existe à accompagner la filière pommes de terre pour lui permettre de rester compétitive.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde