Aller au contenu principal

Yann Joly, débouté, poursuit son combat face au parc éolien

Après l’audience du 16 novembre dernier, le tribunal judiciaire de Paris a rendu son verdict : Yann Joly, qui a vu son troupeau laitier dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013, est débouté. Mais il ne lâchera pas l’affaire.

Yann Joly espérait faire reconnaître le «trouble de voisinage» causé par les éoliennes sur son troupeau. Le TGI de Paris l’a débouté, mais il souhaite faire appel.
Yann Joly espérait faire reconnaître le «trouble de voisinage» causé par les éoliennes sur son troupeau. Le TGI de Paris l’a débouté, mais il souhaite faire appel.
© Pixabay

L’annonce du jugement est un coup de massue. En portant son affaire en justice face à un promoteur éolien, Yann Joly savait que le combat serait rude. Mais être débouté ainsi, sans aucune demande de pièces complémentaires, est une déception. L’audience du 16 novembre devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris était déterminante. «Ce n’est même plus une question d’argent. Je sais que si je touche quelque chose, ce ne sera pas avant des années. Mais ma crédibilité en prend un coup. Je passe pour un farfelu, qui a tort sur toute la ligne», regrette l’ancien éleveur laitier installé au Boisle. 

Pour rappel, l’agriculteur espérait faire reconnaître le trouble anormal de voisinage que l’implantation d’un parc éolien en 2011 puis 2013 aurait causé sur son élevage laitier. Il avait repris l’exploitation familiale en 1995 et avait beaucoup misé sur l’élevage laitier, dont les résultats étaient bons jusqu’en 2011, date de mise en service des premières éoliennes. «J’ai alors subi une baisse de production d’un tiers, et la qualité du lait était mauvaise. Je constatais aussi des soucis de pattes.» Après l’installations de nouvelles éoliennes (vingt-quatre au total), ce fut la descente aux enfers. «Mes vaches souffraient de problèmes de reins, de foie, d’infections mammaires, de mises bas compliquées… La mortalité a explosé.» 

La cause des maux est établie grâce à l’expertise d’un géologue : les éoliennes sont construites sur une rivière souterraine qui passe sous le bâtiment d’élevage. Or, les ondes électromagnétiques sont véhiculées par l’eau. Lors d’intense activité des machines, les vaches ne s’abreuvent plus. «Elles buvaient en moyenne 3 m3 au lieu de 15 m3. Quand on sait qu’il faut 3 l d’eau pour faire 1 l de lait…» Yann a pris la lourde décision de mettre un terme à l’activité d’élevage laitier en 2015, et n’exploite plus que ses 160 ha. «Depuis la vente de mon troupeau, je perds 100 000 E d’EBE chaque année. En mai 2020, cela représentait
1 million d’euros.
»

 

Pas d’étude scientifique 

L’explication de ce déboutement ? «La justice a critiqué de nombreux détails du dossier, plus que le fond de l’histoire en lui-même», estime l’éleveur. Le TGI soulève notamment la non-recevabilité du rapport de Mme Nansot, experte auprès la cour d’appel d’Amiens, intitulé «préjudice économique sur la production laitière depuis l’installation des parcs éoliens à proximité du site d’élevage». Elle s’y réfère à la géobiologie «qui n’est pas prise au sérieux par la communauté scientifique», est-il noté dans le jugement. Il est donc estimé que «les demandeurs sont défaillants à rapporter la preuve du lien de causalité entre les troubles anormaux et la présence des éoliennes.» Le tribunal indique même qu’«à ce jour, il n’existe pas d’étude scientifique ayant démontré que les éoliennes peuvent avoir un impact sanitaire sur les animaux et notamment sur les bovins».

 

L’union fera-t-elle la force ? 

Pas de quoi décourager Yann Joly cependant. «Nous allons faire appel», assure-t-il. Il compte notamment sur le collectif pour faire bouger les lignes. C’est aussi le discours de maître François Lafforgue, son avocat, qui défend de plus en plus de dossiers similaires, d’agriculteurs réunis au sein de l’Anast (Association nationale animaux sous tension). 

Blessé, l’agriculteur entend «ne pas attendre une éventuelle victoire pour vivre». Une reconnaissance de la nuisibilité des éoliennes lui rendrait sa crédibilité, et un dédommagement financier serait un espoir pour l’avenir. «Je pourrais ainsi permettre à ma fille, passionnée d’élevage, de s’installer. Aujourd’hui, remonter un troupeau laitier au même endroit est voué à l’échec.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde