Aller au contenu principal

ZNT : «1% de déprise agricole» mais des contestations

La FNSEA va «bloquer les stations d'épuration dans les prochains jours» afin d'obtenir une réponse du gouvernement à sa demande de moratoire sur les zones de non-traitement (ZNT), a annoncé Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat, lors d'une conférence de presse le 14 janvier. Une action menée en concertation avec les JA, qui doivent se prononcer à ce sujet en bureau national le 15 janvier.

Les syndicats appelleront les agriculteurs à refuser de prendre en charge les boues de station d'épuration. «L'épandage des boues est un service rendu par les agriculteurs à la société», rappelle Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA. «Les municipalités et les gestionnaires de stations devront trouver une alternative à l'épandage agricole, ce qui leur coûtera dix à vingt fois plus cher», avance Jérôme Despey. La FNSEA demande un moratoire afin de finaliser les deux chantiers qui permettraient aux agriculteurs de réduire les ZNT réglementaires (5 m pour les cultures basses, 10 m pour les cultures hautes).

Premier d'entre eux : les chartes d'engagement. «Avec la procédure pour les valider, elles ne seront pas appliquées avant six mois», précise Eric Thirouin, secrétaire général adjoint. Deuxième élément: les travaux en cours à l'Anses sur l'efficacité des moyens de réduction de la dérive, qui permettront de traduire les pratiques agricoles (haies, filets, etc.) en équivalent-ZNT.

Les ZNT vont représenter «1% de déprise agricole»

Lors de la conférence de presse du Salon de l'agriculture, le 14 janvier, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume est revenu sur les zones de non-traitement (ZNT), expliquant qu’il ne peut pas y avoir de moratoire, comme le demande la profession, car le gouvernement n’aurait pas la main. C’est le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative, qui impose, selon lui, la création des ZNT et non le gouvernement. «Nous n’y pouvons rien. Nous les avons mises en place. Cela représente 1% de déprise agricole, je souhaite que ça devienne des surfaces d’intérêt écologique (SIE).»

Le cabinet du ministre a précisé à Agra Presse qu'«1 % de la SAU française serait concernée par les ZNT, d'après le service de statistique du ministère». Quant aux derniers chiffres sur l’usage des produits phytos, «cela m’inspire de la tristesse alors que l’on en est au 3e plan Ecophyto», a déclaré Didier Guillaume, tout en soulignant que l’usage des produits les plus toxiques n’a pas augmenté et que le cuivre et le soufre représentent 25 % du total. «Les ONG ont raison de ne pas être contentes, et on reste sur l’objectif de - 50 % en 2025», a rappelé le ministre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde