Aller au contenu principal

ZNT : la charte départementale approuvée par la préfète, qu'est-ce que ça change ?

La préfète de la Somme, Muriel Nguyen a approuvé le 6 juillet dernier la charte départementale d’engagement sur l’utilisation agricole des produits phytosanitaires. Chaque agriculteur doit en avoir un exemplaire sur lui.

La charte d'engagements des utilisateurs de produits phytopharmaceutiques a été approuvée par la préfecture de la Somme le 6 juillet dernier.
La charte d'engagements des utilisateurs de produits phytopharmaceutiques a été approuvée par la préfecture de la Somme le 6 juillet dernier.
© FDSEA 80

C'est un dossier qui a fait couler beaucoup d'encre et qui a demandé une forte mobilisation de la profession agricole. En vigueur depuis le 1er janvier 2020, le dispositif de protection des riverains oblige les agriculteurs à respecter des distances de sécurité entre les zones de traitements avec des produits phytosanitaires et les habitations. Sur ces zones de non-traitement (ZNT), les agriculteurs ne peuvent recourir qu’à des techniques alternatives, produits naturels et de biocontrôle (cf. liste sur le site du ministère de l'Agriculture). Ces distances de sécurité sont établies à 5 mètres pour les cultures basses et 10 mètres pour les cultures hautes. Elles peuvent néanmoins être réduites à 3 mètres pour les cultures basses et 5 mètres pour les cultures hautes, à conditions d’utiliser des buses limitant la dérive à hauteur de 66% et que le département soit doté d’une charte d’engagements approuvée par la préfecture. C’est désormais chose faite !

Mobilisation agricole pour la concertation publique

A l’occasion de l’élaboration de la première charte départementale de bon voisinage signée le 26 novembre 2019, une concertation s’était durablement mise en place entre la profession agricole - Chambre d'agriculture de la Somme, FDSEA, Jeunes Agriculteurs -, les collectivités (association des maires de la Somme, Conseil départemental) et l’association Familles Rurales. Cela a permis de travailler sur une deuxième version de charte pour répondre au cadre réglementaire posé par le décret du 27 décembre 2019.

Le projet 2 de la charte a été soumis à la concertation publique du 20 mai au 20 juin dernier. Le dossier de concertation a été consulté 1110 fois et la page « dépôt d’observations » 589 fois. La fréquentation journalière du site a atteint certains jours jusqu'à 350 consultations. Le registre a quant à lui recueilli au total 65 observations, dont 44 ont été rédigées par des agriculteurs, et 6 maires du département.

Une application à toutes les cultures

Depuis le 1er juillet dernier, le moratoire accordé par le Gouvernement pour l’application de cette réglementation sur les cultures annuelles semées avant le 1er janvier est terminé. La réglementation ZNT s’applique donc à toutes les cultures. Malgré les questions restées en suspens, les agriculteurs réfléchissent d’ores et déjà au « moins mauvais compromis » pour l’intégration des ZNT dans la gestion de leur assolement.

Si la profession agricole a su se mobiliser pour faire face à cette nouvelle réglementation et que les agriculteurs du département ont su la mettre en œuvre en ayant à l’esprit la volonté de rétablir le dialogue local, il faut désormais que riverains, élus locaux et agriculteurs s’inscrivent dans une démarche collaborative et volontaire pour cultiver durablement le « bien vivre ensemble ». C'est ce que doit permettre la charte de riverains telle qu'elle a été approuvée par la préfète de la Somme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde