Aller au contenu principal

Zones vulnérables : exprimez-vous !

Le public est appelé à s’exprimer sur le projet d’extension des zones vulnérables.

Le projet de délimitation porte sur toute la Somme, à l’exception de la Commune de Cayeux-sur-Mer.
Le projet de délimitation porte sur toute la Somme, à l’exception de la Commune de Cayeux-sur-Mer.
© AAP


En application du II de l’article L. 120-1 du code de l’environnement, le projet de délimitation des zones vulnérables du bassin Artois-Picardie est soumis à participation du public. Cette consultation est ouverte sur Internet (référence en encadré), et elle comporte une note de cadrage général, un rapport de synthèse reprenant les éléments de mesure et de cartographie du projet, et ses annexes.

Le projet de zonage
Le zonage repose sur un réseau de surveillance des eaux souterraines (nappes), pour lesquelles la teneur en nitrates observée ne doit pas excéder 50 mg/l ou 40mg/l avec tendance à la hausse, et sur les eaux de surface (rivières) depuis le décret national de 2014 avec un plafond de 18 mg/l visant à prendre en compte le risque d’eutrophisation. Avec les données présentées au public, les valeurs retenues justifient le projet de clas­sement total du département en zone vulnérables au titre des eaux souterraines, et l’ensemble du département exception faite de la Commune de Cayeux-sur-Mer au titre des eaux de surface. Considérant que la falaise morte (la limite des Bas-Champs) est une rupture hydrologique des eaux souterraines, le projet de zonage prévoit un classement total du département en zone vulnérables, à l’exception de la commune de Cayeux-sur-Mer.

Les points de désaccord
La profession agricole conteste le projet pour plusieurs points : d’abord, l’origine des nitrates. En effet, le rapport lui-même indique que seuls 77 % des nitrates sont d’origine agricole, mais il n’est à aucun moment fait application de ce coefficient sur les mesures. Ensuite, la méthode de calcul repose non pas sur des moyennes de mesure, mais sur la notion du percentile 90. Le P90 est la valeur en dessous de laquelle se situent au moins 90 % des valeurs de mesure. C’est une méthode qui retient la pire valeur quand on dispose de moins de dix mesures. Or, pour chaque masse d’eau souterraine, on dispose de moins de dix mesures par point de prélèvement, et on dispose rarement de plus de dix points de prélèvements. Le P90 appliqué deux fois (une fois pour retenir une valeur à partir des mesures sur un point de prélèvement, puis une seconde fois pour retenir une valeur pour la masse d’eau) aboutit bien souvent à retenir la pire valeur, qui correspond en général à un épisode défectueux d’origine non agricole. Enfin, le principe de fixer un seuil à 18mg/l pour les rivières au titre de l’eutrophisation n’a pas de sens dans le bassin, puisque les nappes et les rivières communiquent (les inondations de 2001 étaient une résurgence des nappes), et des nappes à teneur globalement proche de 30-35 mg/l contribuent fortement aux teneurs dans les rivières.

Les conséquences
Les conséquences du zonage sont de deux ordres : d’abord, des mesures au champ notamment sur les couverts hivernaux, les plans de fumure, les reliquats, les calendriers d’épandage et les quantités épandues (cf. Carnet de l’agriculteur 2016). Elles sont déjà contraignantes. Mais surtout, il y a des contraintes de stockage des ef­fluents à la ferme qui sont accrues. Pour les élevages situés dans les actuelles zones vulnérables, les capacités de stockage devront augmenter notamment sur les lisiers, et il peut y avoir des compléments de stockage à réaliser. Pour les nouvelles zones, c’est une augmentation en capacité sur des nouvelles durées, y compris sur les eaux blan­ches de salle de traite. La Fdsea de la Somme considère que ces aménagements sont inutiles, coûteux sur les exploitations, et ce, surtout en période de crise. Elle de­mande à un maximum de per­sonnes du département (agriculteurs et toutes personnes concernées) de participer à cette con­sultation publique pour dénoncer la présentation orientée des chiffres et l’inutilité des mesures. Comme les réponses à une consultation publique se doivent d’être différentes, elle invite chaque éleveur à y indiquer son estimation financière de travaux inutiles, et sa réaction personnelle en cas de zonage.

Consultation par Internet, contribution par mail
La consultation est ouverte du 06 juin 2016 au 30 juin 2016 inclus sur le site de l’eau dans le bassin Artois Picardie à l’adresse suivante : http://www.artois-picardie.eaufrance.fr/politique-de-l-eau-et-gestion/consultations-et-enquetes/. Vous pouvez adresser pendant cette période vos observations à l’adresse suivante : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement - 44 rue de Tournai – CS 40259 – 59019 Lille cedex ou par messagerie électronique à l’adresse suivante : consultationZV.dreal-npdcp@developpement-durable.gouv.fr


Les arguments contre
- Le découpage actuel n’est pas visé par le contentieux européen
- Les nitrates ne sont pas que d’origine agricole
- La méthode de calcul des valeurs retenues est erronée- Les nappes communiquent avec les rivières et rendent inaccessible le seuil
- Les conséquences financières sont insupportables sans plus-value environnementale

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde