Aller au contenu principal

Zones vulnérables : le pot de terre a tenu bon

Au terme de bientôt sept ans de procédure, l’Etat a épuisé et perdu tous ses recours possibles contre la FDSEA sur le classement zones vulnérables de 2012. A méditer.

Les zones vulnérables ont été étendues au fil des années dans la Somme, non pas par une dégradation des eaux, bien au contraire, mais par un durcissement et une nouvelle application de critères de zonage.
Les zones vulnérables ont été étendues au fil des années dans la Somme, non pas par une dégradation des eaux, bien au contraire, mais par un durcissement et une nouvelle application de critères de zonage.
© D. R.

 

 

On pourrait croire à un coup d’épée dans l’eau, mais non ! La Cour de cassation a définitivement débouté le Conseil d’Etat que le ministère de l’Ecologie avait saisi pour casser les décisions donnant raison à la FDSEA, qui avait engagé, initialement avec la FNSEA, une démarche en justice pour casser l’arrêté de zonage de 2012. Retour en dates : en 2012, le préfet de Bassin signe un arrêté de délimitation des zones vulnérables, qui inclut notamment tout le bassin versant de l’Authie.
Après plus de dix ans de statu quo des zones vulnérables, et sans dégradation de la qualité des eaux, c’était là les prémices d’une extension massive des zones en appliquant des critères de plus en plus durs, pour essayer d’éviter un contentieux avec l’Union européenne, qui trouvait la démarche de protection des eaux en France un peu trop timide et inefficace. Premier round de justice, avec mémoire en appel de la Dreal de Bassin, contre mémoire et, au final, surprise pour l’administration, l’arrêté de zonage de 2012 avait été cassé fin 2016, entraînant dans sa chute celui de 2015 qui y faisait référence…
Quelle conséquence pour les agriculteurs de la Somme  ? A l’époque, tous avaient bénéficié d’une année hors contraintes de contrôle conditionnalité sur ces domaines. Les pratiques étaient respectées, mais le risque d’une pénalité pour défaut d’enregistrement était écarté. Et alors même que le zonage suivant était en cours d’actualisation et, donc, que le combat de 2012 n’était plus vraiment d’actualité, le ministère de l’Ecologie avait saisi le Conseil d’Etat pour annuler la décision qui donnait raison à la FDSEA. Le pot de fer contre le pot de terre… Sauf que le pot de terre n’a pas tremblé et a formulé un pourvoi en cassation, ultime recours possible… La Cour de cassation a rendu son jugement le 7 juillet dernier… favorable à la FDSEA !

Quelle jurisprudence ?
La conséquence de cette décision ? Sur l’arrêté de 2012, rien, tant il est du passé à présent, mais des actions en justice sont toujours en cours sur le dernier zonage, qui aboutissait à un classement quasi intégral du département (hormis la commune de Cayeux-sur-Mer), en utilisant des méthodes de calcul qui ne reflètent pas la statistique de qualité des eaux, mais le visage du pire…
Y aura-t-il des conséquences du jugement de la Cour de cassation sur cette dernière action ? Nul ne peut le dire à présent. Mais la conséquence immédiate est que lorsque l’Etat prend des décisions qui élargissent sans fondement les zones vulnérables, il s’expose aux démarches juridiques de la FDSEA… et finit par perdre. Autant pour la prochaine révision adopter une démarche «intellectuellement honnête», et épargner à la FDSEA, aux services de l’Etat et, surtout, à tous les agriculteurs du bassin, de telles tergiversations inutiles !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde