Aller au contenu principal

Zones vulnérables : le pot de terre a tenu bon

Au terme de bientôt sept ans de procédure, l’Etat a épuisé et perdu tous ses recours possibles contre la FDSEA sur le classement zones vulnérables de 2012. A méditer.

Les zones vulnérables ont été étendues au fil des années dans la Somme, non pas par une dégradation des eaux, bien au contraire, mais par un durcissement et une nouvelle application de critères de zonage.
Les zones vulnérables ont été étendues au fil des années dans la Somme, non pas par une dégradation des eaux, bien au contraire, mais par un durcissement et une nouvelle application de critères de zonage.
© D. R.

 

 

On pourrait croire à un coup d’épée dans l’eau, mais non ! La Cour de cassation a définitivement débouté le Conseil d’Etat que le ministère de l’Ecologie avait saisi pour casser les décisions donnant raison à la FDSEA, qui avait engagé, initialement avec la FNSEA, une démarche en justice pour casser l’arrêté de zonage de 2012. Retour en dates : en 2012, le préfet de Bassin signe un arrêté de délimitation des zones vulnérables, qui inclut notamment tout le bassin versant de l’Authie.
Après plus de dix ans de statu quo des zones vulnérables, et sans dégradation de la qualité des eaux, c’était là les prémices d’une extension massive des zones en appliquant des critères de plus en plus durs, pour essayer d’éviter un contentieux avec l’Union européenne, qui trouvait la démarche de protection des eaux en France un peu trop timide et inefficace. Premier round de justice, avec mémoire en appel de la Dreal de Bassin, contre mémoire et, au final, surprise pour l’administration, l’arrêté de zonage de 2012 avait été cassé fin 2016, entraînant dans sa chute celui de 2015 qui y faisait référence…
Quelle conséquence pour les agriculteurs de la Somme  ? A l’époque, tous avaient bénéficié d’une année hors contraintes de contrôle conditionnalité sur ces domaines. Les pratiques étaient respectées, mais le risque d’une pénalité pour défaut d’enregistrement était écarté. Et alors même que le zonage suivant était en cours d’actualisation et, donc, que le combat de 2012 n’était plus vraiment d’actualité, le ministère de l’Ecologie avait saisi le Conseil d’Etat pour annuler la décision qui donnait raison à la FDSEA. Le pot de fer contre le pot de terre… Sauf que le pot de terre n’a pas tremblé et a formulé un pourvoi en cassation, ultime recours possible… La Cour de cassation a rendu son jugement le 7 juillet dernier… favorable à la FDSEA !

Quelle jurisprudence ?
La conséquence de cette décision ? Sur l’arrêté de 2012, rien, tant il est du passé à présent, mais des actions en justice sont toujours en cours sur le dernier zonage, qui aboutissait à un classement quasi intégral du département (hormis la commune de Cayeux-sur-Mer), en utilisant des méthodes de calcul qui ne reflètent pas la statistique de qualité des eaux, mais le visage du pire…
Y aura-t-il des conséquences du jugement de la Cour de cassation sur cette dernière action ? Nul ne peut le dire à présent. Mais la conséquence immédiate est que lorsque l’Etat prend des décisions qui élargissent sans fondement les zones vulnérables, il s’expose aux démarches juridiques de la FDSEA… et finit par perdre. Autant pour la prochaine révision adopter une démarche «intellectuellement honnête», et épargner à la FDSEA, aux services de l’Etat et, surtout, à tous les agriculteurs du bassin, de telles tergiversations inutiles !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde