Aller au contenu principal

Ces éleveurs ont choisi la technologie pour plus de souplesse

Les hivernales d’Avenir conseil élevage abordent la thématique du travail en élevage. Retour d’expérience et témoignage d’un couple d’éleveurs sur le volet «équipement» pour faire face à la charge de travail.

Débâcher, découper, acheminer dans l’auge mobile : en 2h15, la ration est distribuée pour cinq jours !
Débâcher, découper, acheminer dans l’auge mobile : en 2h15, la ration est distribuée pour cinq jours !
© ACE


«On a toujours voulu travailler ensemble, à deux, et concilier notre métier avec notre vie de famille
», assurent Séverine et Florian Renard, éleveurs à Limont-Fontaine (59). Cet objectif clair et simple se heurte parfois à la charge de travail liée à l’élevage laitier. Le couple s’est installé en Gaec avec Pierre-Yves Renard, le père de Florian. Le troupeau voit alors son effectif augmenter et avec lui le temps passé en salle de traite, à l’alimentation, aux soins des veaux...

«Dès 2012, nous avons cherché des solutions pour anticiper le départ en retraite de mon père. Nous avons assez rapidement écarté l’idée du salariat, nous ne sommes pas manager. Nous avons étudié la piste robot de traite. À cette époque, nous avions 140 vaches, il fallait donc deux robots, mais avec le contexte du prix du lait, ça n’a pas pu se faire», précise Florian.

Des aménagements pour gagner du temps
Pour améliorer le temps de travail, les associés investissent à cette époque dans un Cornacub, système d’auges en libre-service. Ce matériel permet aux éleveurs de réduire fortement le temps nécessaire à l’alimentation des vaches en lactation. En effet, tous les cinq jours, 2h15 suffisent pour débâcher les silos et disposer l’aliment dans l’auge. Autre avantage relevé par le couple, il est facile de prévoir ce travail dans son planning et donc de le réaliser à l’heure qui convient le mieux. En revanche, ce système nécessite une très grande vigilance sur la qualité des fourrages récoltés et, notamment, leur appétence. Et Florian d’ajouter : «Si l’ensilage est de qualité médiocre, on l’a“en direct live“ au niveau de la production, alors que la mélangeuse permettait d’en réduire l’impact.»

Malgré ce gain de temps, la traite reste un point à améliorer. «En 2018, nous passions trois heures en salle de traite le matin et trois heures le soir. Nous sa- vions que la main-d’œuvre allait être un problème lorsque nous ne serions plus que deux sur la ferme.» Le projet de robotisation refait alors surface et la possibilité de béné cier de subventions dans le cadre du PCAE permet de le rendre plus «supportable» nancièrement. L’aide est d’autant plus appréciable que l’effectif a poursuivi son augmentation. Il faut désormais prévoir trois stalles pour assurer la traite des 180 à 200 vaches.

Les éleveurs ont réalisé une partie des aménagements eux-mêmes en enlevant un Dac, en mettant en place les tapis de logettes et en assurant la mise en route du robot racleur aspirateur. Ce dernier a été une solution alternative au racleur à câble qui aurait nécessité davantage de travaux de maçonnerie et induit un coût supérieur.

Souplesse et qualité de vie
Depuis la mise en route des robots en 2018, Séverine et Florian ont trouvé leur rythme et leur organisation. «Nous n’avions pas vraiment anticipé le fait qu’il n’y aurait plus de traite à assurer, mais en quelques semaines, nous nous sommes réorganisés.» C’est en effet une autre façon de travailler qu’il a fallu intégrer. Selon les éleveurs, le principal inconvénient de cette solution reste son coût. Le passage en système «tout lisier» implique également de bien veiller aux capacités de stockage et aux périodes d’épandage du lisier. «Nous n’avons pas encore eu l’occasion de partir en vacances depuis la mise en place des robots. Nous savons qu’il va être un peu plus compliqué de se faire remplacer. Il faut trouver quelqu’un qui connaît et maîtrise les outils. C’est un point qu’il faut prendre en compte. Mais nous avons tout de même énormément gagné en souplesse au pro t de la vie de famille», concluent Séverine et Florian.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde