Aller au contenu principal

Faune sauvage
Dégâts de gibier : une « boîte à outils » en cours de finalisation

Outils pour baisser les populations et indemniser autrement les dégâts sont dans les tuyaux.

dégâts de sangliers
Dégâts de sangliers sur prairies sur le littoral picard.
© V.F.

C’était l’une des promesses de Marc Fesneau, alors ministre des relations avec le Parlement, lorsqu’il était passé devant les chasseurs réunis en congrès. « Nous allons soutenir la mise en œuvre de l’accord que vous avez signé avec les organisations professionnelles agricoles », avait-il indiqué en mars 2022, à la veille de la présidentielle. Alors que le ministre avait envisagé « une application rapide », ces discussions seraient en train de se terminer.

Des arbitrages gouvernementaux seraient notamment en cours pour finaliser une « boîte à outils » permettant de mieux réguler les dégâts de gibier. « Nous devons nous servir de tous les leviers possibles pour faire baisser l’addition », martèle Florent Leprêtre, élu de la FNSEA en charge du dossier. Objectif pour le syndicat majoritaire : « Faire baisser les populations de sanglier de 30 %. »

Dans le cadre des négociations actuelles, la FNSEA souhaiterait notamment obtenir la généralisation nationale de plusieurs mesures actuellement interdites ou seulement ouvertes par dérogation au niveau départemental. Parmi celles-ci : les tirs sur place d’appâtage, les tirs à la chevrotine, le piégeage ou encore la possibilité de tirer en affût ou avec battue dans les parcelles en cours de récolte. Autant de leviers « qui devront faire l’objet d’un texte réglementaire », confirme Florent Leprêtre. Agriculteurs et chasseurs discuteraient également avec l’État d’une enveloppe financière pour accompagner ces efforts de régulation.

Comme promis à la FNC dans le cadre du plan de résilience début septembre, l’Élysée compensera par ailleurs la hausse de la facture des dégâts de gibier durant les trois prochaines années. Une enveloppe qui pourrait atteindre une vingtaine de millions d’euros pour 2022, et qui sera « vérifiée et recalculée chaque année pour correspondre à la réalité », précise-t-on à la FNC.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde