Aller au contenu principal

Faune sauvage
Dégâts de gibier : une « boîte à outils » en cours de finalisation

Outils pour baisser les populations et indemniser autrement les dégâts sont dans les tuyaux.

dégâts de sangliers
Dégâts de sangliers sur prairies sur le littoral picard.
© V.F.

C’était l’une des promesses de Marc Fesneau, alors ministre des relations avec le Parlement, lorsqu’il était passé devant les chasseurs réunis en congrès. « Nous allons soutenir la mise en œuvre de l’accord que vous avez signé avec les organisations professionnelles agricoles », avait-il indiqué en mars 2022, à la veille de la présidentielle. Alors que le ministre avait envisagé « une application rapide », ces discussions seraient en train de se terminer.

Des arbitrages gouvernementaux seraient notamment en cours pour finaliser une « boîte à outils » permettant de mieux réguler les dégâts de gibier. « Nous devons nous servir de tous les leviers possibles pour faire baisser l’addition », martèle Florent Leprêtre, élu de la FNSEA en charge du dossier. Objectif pour le syndicat majoritaire : « Faire baisser les populations de sanglier de 30 %. »

Dans le cadre des négociations actuelles, la FNSEA souhaiterait notamment obtenir la généralisation nationale de plusieurs mesures actuellement interdites ou seulement ouvertes par dérogation au niveau départemental. Parmi celles-ci : les tirs sur place d’appâtage, les tirs à la chevrotine, le piégeage ou encore la possibilité de tirer en affût ou avec battue dans les parcelles en cours de récolte. Autant de leviers « qui devront faire l’objet d’un texte réglementaire », confirme Florent Leprêtre. Agriculteurs et chasseurs discuteraient également avec l’État d’une enveloppe financière pour accompagner ces efforts de régulation.

Comme promis à la FNC dans le cadre du plan de résilience début septembre, l’Élysée compensera par ailleurs la hausse de la facture des dégâts de gibier durant les trois prochaines années. Une enveloppe qui pourrait atteindre une vingtaine de millions d’euros pour 2022, et qui sera « vérifiée et recalculée chaque année pour correspondre à la réalité », précise-t-on à la FNC.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

panneaux renversés
La Somme gagnée par une mystérieuse vague de panneaux inversés

Comme on le voit ailleurs en France depuis quelques jours, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de la Somme se mobilisent…

Publié le mardi 31 octobre 2023, l’arrêté ministériel établissant les ratios régionaux de prairies permanentes pour cette année, fait état d’un taux de dégradation des surfaces en prairies permanentes en 2023 de 1,83 % par rapport au ratio de référence pour la région des Hauts-de-France.
Prairies et retournement : les Hauts-de-France sortent du régime d’autorisation

Au regard des surfaces Pac déclarées en 2023, la région des Hauts-de-France sort du régime d’autorisation individuelle de…

Des feuilles nécrosées par la cercosporiose face à la concurrence de repousses  du bouquet foliaire pénalisent la richesse des betteraves.
Pluies et cercosporiose pénalisent la richesse betteravière

L’abondance de précipitations et la résurgence de la cercosporiose dans les parcelles qui n’ont pas encore été récoltées…

Toutes sortes d’animaux, comme des chèvres toy, composent la ferme  pédagogique d’Amandine.
Amandine Delaplace, candidate à l’élection Miss France agricole

Depuis deux ans, Amandine Delaplace est à la tête d’un élevage de chevaux et d’une ferme pédagogique, constituée d’animaux…

L’accès au pâturage est possible dès le 15 février et jusqu’en début d’hiver grâce à plus de 2 km de chemins aménagés.
Une conduite du troupeau inédite dans la Somme

Depuis 2017, Benjamin et Raphaël Delva ont converti l’élevage laitier familial d’Éplessier en bio. Année après année, ils…

Si les surfaces augmentaient de 5 à 10 %, l’UE pourrait redevenir excédentaire.
Malgré l’embellie du marché, la CGB appelle à maîtriser les surfaces

Alors que la récolte se poursuit, l’embellie sur le marché du sucre devrait permettre de rémunérer la betterave de la campagne…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde