Aller au contenu principal

En 2020, les contrats pommes de terre devront tenir compte des coûts de production et des risques

A la veille des premières discussions sur les contrats de production 2020 pour la culture de la pomme de terre, l’UNPT tient à rappeler le contexte particulier dans lequel va se dérouler la prochaine campagne. Pour l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT), cette campagne se traduira par une hausse des coûts de production. L’UNPT met notamment en avant la prochaine hausse de la Redevance pour pollutions diffuses (RPD), la mise en place à venir des Zones de non-traitement (ZNT), de moins en moins d’alternatives aux produits de protection des plantes, l’irrigation plus importante. Mais 2020 sera surtout marquée par la disparition de l’anti-germinatif historique utilisé dans la filière (CIPC) entraînant un nécessaire nettoyage des bâtiments de stockage, l’aménagement ou la construction de nouveaux bâtiments, et l’utilisation de produits ou des méthodes alternatives plus onéreux. Par ailleurs, les producteurs et leurs organisations font face à de plus en plus de risques : risque économique et de marché, risque climatique, risque environnemental et sociétal... «Le partage de la valeur et du risque est un élément que la filière pomme de terre doit appréhender dans sa globalité, pour que les risques grandissants ne pèsent pas majoritairement sur les producteurs», écrit l’Union. «L’UNPT demande et veillera, avec ses structures membres, à ce que l’ensemble de ces éléments soient pris en compte dans les contrats de production 2020» poursuit le syndicat. Le syndicat insiste, enfin, sur une des dispositions de la loi Egalim «l’inversion de la construction du prix» par le recours au contrat. L’UNPT a rédigé un contrat-type qu’elle met à la disposition de ses adhérents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde