Aller au contenu principal

Faire connaître et reconnaître le haricot de Soissons

Géraldine Toupet, installée dans une exploitation de polyculture à Parcy-Tigny, dans l’Aisne, s’est lancée dans la production de haricots de Soissons depuis 2015.

Les producteurs, dont Géraldine Toupet cherchent toujours de nouvelles idées de dégustation de leurs haricots de Soissons.
Les producteurs, dont Géraldine Toupet cherchent toujours de nouvelles idées de dégustation de leurs haricots de Soissons.
© © G. T.



Parmi les producteurs de légumes, certains ont choisi de se spécialiser dans une niche. C’est le cas de Géraldine Toupet, installée à Parcy-Tigny (02). «Nous avons commencé la production de haricots de Soissons il y a trois ans avec 20 ares. Cette année, nous sommes passés à 40 ares. Le choix de cette culture s’est fait dans le cadre d’une réflexion de diversification de notre exploitation», raconte-t-elle. Pour ce faire, «nous bénéficions de l’appui technique et des conseils de tous les producteurs de la coopérative du Haricot de Soissons, située à Vaudesson. Cette production demande toutefois du matériel spécifique et beaucoup de main-d’œuvre, car tout, ou presque, est fait à la main».
La coopérative, qui a vu le jour en  2003, propose la production de semences spécifiques, l’assistance, le conseil aux producteurs, la collecte des haricots, le suivi de la qualité, la traçabilité, la promotion et la commercialisation du produit. Les producteurs amènent leur récolte et la trient à la main. Les principaux canaux de distribution sont les grossistes, les grandes surfaces et les restaurants. En 2017, la collecte avoisinait les 20 t avec des rendements moyens de 23,9 qx/ha. Une bonne année ! Mais «la récolte 2018 ne va pas être très bonne, car la culture a beaucoup souffert de la sécheresse estivale. Par ailleurs, cette année, la suppression de l’insecticide du sol a engendré une réelle difficulté à la levée de la culture», regrette Géraldine Toupet.

Vers une IGP ?
Il y a un peu plus de dix ans, les responsables de la coopérative ont lancé une demande d’IGP (indication géographique protégée) pour le haricot de Soissons. «Nous demandons l’IGP afin de faire face aux usurpations de dénomination par la concurrence du haricot d’importation», explique Géraldine Toupet, qui est également administratrice à la coopérative du Haricot de Soissons. «C’est pourquoi nous voulons réserver la dénomination géographique par le biais de l’IGP, tout en sauvegardant la variété, le savoir-faire local et ainsi ancrer le produit dans le territoire. Les producteurs, avec le Groupement régional pour la qualité alimentaire, ont finalisé le dossier dans l’année 2018, et il a été présenté à l’Inao régional. Suite aux premiers retours de la commission permanente sur le haricot de Soissons, le dossier bloque sur la question de l’homonymie avec d’autres variétés existantes. Les éléments demandés pour la complémentarité du dossier semblent très compliqués à réaliser par l’ensemble des producteurs.» Affaire à suivre donc…

Coopérative cherche producteurs

La coopérative du Haricot de Soissons a été créée en 2003 et accompagne les producteurs. Mais, «aujourd’hui, la production de haricots de Soissons de la coopérative ne suffit pas à satisfaire l’intérêt suscité par ce légume sec spécifique à notre département de l’Aisne. Aussi, la coopérative recherche des producteurs qui seraient intéressés par cette culture de façon à accroître les volumes et conforter son marché en continuant à le développer», explique Camille Hoche, présidente de la coopérative agricole du Haricot de Soissons.

Site web : http://www.haricotdesoissons.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde