Aller au contenu principal

Pommes de terre
Faute de repreneur, la féculerie d’Haussimont va fermer

Le groupe coopératif sucrier Tereos, propriétaire de la féculerie d’Haussimont (51), annonce la fermeture de l’usine à défaut d’avoir pu concrétiser une reprise de l’activité dans des conditions satisfaisantes.

féculerie Haussimont
La campagne 2023-2024 sera la dernière pour la féculerie d'Haussimont.
© La Marne Agricole

Ce ne sont apparemment pas les offres qui ont manqué, mais la capacité d’un ou de repreneur(s) à reprendre de manière pérenne le site et l’activité de la féculerie d’Haussimont. Après avoir indiqué le 8 mars dernier sa volonté de céder à un tiers l’entreprise spécialisée dans la transformation de la pomme de terre, le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé le 20 juin la fermeture du site marnais « à l’issue de la campagne 2023-2024 ». Autrement dit, les pommes de terre actuellement en terre seront les dernières à être transformées dans l’usine d’Haussimont. Au-delà, il faudra trouver une autre culture à emblaver pour les 390 coopérateurs qui produisent de la pomme de terre fécule.

Comment en est-on arrivé là ? Dans un courrier adressé à ses planteurs, la coopérative revient sur le contexte délicat auquel la production de pommes de terre fécule est confrontée depuis plusieurs années : l’érosion « constante » des surfaces de pommes de terre – Tereos dit avoir perdu 38% de surfaces en 4 ans -, ainsi qu’un rendement agricole à l’hectare qui a chuté « de 30% entre la campagne de 2017 et celle de 2022 ». Et ce ne sont pas le plan d’investissement de 30 millions qui y ont changé quelque chose. En mars dernier, Tereos avait annoncé un « projet de réorganisation de son activité industrielle en France » comprenant l’arrêt de l’activité sucrière du site d’Escaudoeuvres (59) ainsi que son souhait de se séparer de l’activité féculière d’Haussimont (51).

Des offres de reprise, Tereos confirme en avoir reçu pour le site d’Haussimont, mais rien de sérieux : « Tereos a reçu plusieurs marques d’intérêt », peut-on lire dans une lettre adressée aux coopérateurs. « Pour autant, aucun projet engageant n’a été formalisé à ce jour. Tereos considère que les chances de concrétisation d’un projet de cession de l’activité à court ou moyen terme sont limitées au regard des défis à relever ».

En ce qui concerne les planteurs engagés dans un contrat de livraison de pommes de terre avec Tereos pour la féculerie, la coopérative se dit prête à « mettre un terme par anticipation aux engagements coopératifs à l’issue de la campagne 2023-2024 ». Et de promettre la tenue d’une réunion « début septembre » avec l’ensemble des producteurs impactés par cette décision. Concernant les salariés, Tereos assure que l’entreprise prendra « les mesures nécessaires pour accompagner les personnes concernées en concertation avec les représentants du personnel ».

Dans un communiqué du 21 juin, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) évoque une « page de l’histoire agricole française qui se tourne et un coup dur pour le secteur féculier national ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde