Aller au contenu principal

Fécule : une conservation courte, mais indispensable à la filière

Avec une campagne de six mois au maximum, les pommes de terre fécule nécessitent un faible temps de conservation. Néanmoins, le stockage est nécessaire pour développer la filière.

Un quart des pommes de terre fécule sont stockées en bâtiment, mais cette proportion pourrait augmenter  avec les objectifs d’augmentation des volumes des industriels.
Un quart des pommes de terre fécule sont stockées en bâtiment, mais cette proportion pourrait augmenter avec les objectifs d’augmentation des volumes des industriels.
© Coopérative féculière de Vecquemont

La campagne 2020-2021 de pommes de terre fécule n’est pas un exemple à retenir. Pour l’usine Roquette de Vecquemont (Somme), par exemple, elle s’est étalée du 7 septembre au 19 janvier, avec un rendement très décevant de 41 t/ha, sur 14 150 ha, soit un peu plus de 580 000 t. Mais la filière va de l’avant. «L’usine a une ambition de 800 000 t. Pour cela, en prenant en compte les rendements très variables d’une année à l’autre en fonction des conditions climatiques, il faut que nous puissions faire face à 950 000 t de production au maximum. Il nous manque donc un peu plus de 100 000 t de capacité de stockage en bâtiment », explique Bruno Poutrain, directeur de la coopérative féculière de Vecquemont. Cette augmentation de la surface ne devrait avoir lieu qu’à partir de la campagne 2022-2023, à cause d’un manque de disponibilité de plants.

 

Un cahier des charges plus souple

Les trois quarts des pommes de terre fécule sont en fait stockés en bout de champ, jusqu’à Noël. «Nous recommandons alors de faire des silos pas trop larges, pour favoriser la longue durée, et d’avoir recours au bâchage en Toptex», conseille Thibaut Ricour, ingénieur conseil et développement à la coopérative. Cette bâche permet de protéger de la pluie, et facilite le déterrage pratiqué au chargement. Les pommes de terre enlevées après Noël, elles, doivent être stockées en bâtiment. «En fécule, le cahier des charges est néanmoins plus souple qu’en pommes de terre de conservation. Il y a une petite tolérance en termes de germination. Les conditions de stockage sont donc moins drastiques», note Bruno Poutrain. La température doit idéalement être située entre 5 et 10 °C, et la ventilation du bâtiment est un plus, car elle permet de sécher et de refroidir le tas, limitant ainsi la germination. «Certains bâtiments ne sont pas ventilés. Cela nécessite alors des précautions : choix de la parcelle, de la date d’arrachage…»

Quant au traitement antigerminatif, «les producteurs ont souvent recours à l’hydrazide maléique», précise Bruno Poutrain. D’après Arvalis-Institut du végétal, «pour que l’efficience du produit soit optimale, il est nécessaire que la migration de la matière active vers les tubercules ait été satisfaisante au champ». L’application doit être réalisée lorsque le stade 80 % de tubercules > 25 mm est dépassé, sur une plante «poussante», en dehors de périodes de trop fortes chaleurs et avec une hygrométrie élevée. «En ce qui concerne le volume de bouillie, il est important de maintenir un volume d’eau suffisant d’au moins 200 à 300 l/ha. Un délai minimum de douze heures sans pluie est également nécessaire pour assurer une bonne absorption du produit par la plante», précise Arvalis.

 

L’arrêt du CIPC  peu impactant

«Les dernières semaines de conservation pourront nécessiter un complément, dont le coût est en partie compensé par des prix croissants en cas de campagne tardive», ajoute Bruno Poutrain. Environ 10 % des bâtiments étaient traités au CIPC (chlorprophame), interdit depuis août 2020, et ont donc nécessité un nettoyage total au même titre que pour la pomme de terre de conservation. «Mais ces dernières années présentaient des campagnes courtes, et les traitements ont été peu fréquents.»

Pour les conseils aux producteurs, la coopérative féculière s’appuie sur le cahier des charges Arvalis pour l’aménagement de bâtiments et les Flash info conservation durant la campagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde