Aller au contenu principal

Fermeture des cantines : nouveau défi pour les agriculteurs fournisseurs

Confinés, déconfinés, restaurants fermés, cantines à demi-effectifs… Depuis un an, les agriculteurs qui vendent leurs produits en circuit court doivent gérer l’imprévu. Cette nouvelle fermeture des écoles est un coup dur de plus.

Les cantines ont été contraintes d'annuler leurs commandes, et les producteurs se retrouvent avec les produits sur les bras.
© A. P.

 

Du jour au lendemain, Carine Bouvet, installée à Tours-en-Vimeu avec son mari, Benoît, s’est retrouvée avec une charolaise entière fraîchement abattue sur les bras. Elle était prévue pour la restauration scolaire des collèges de Gamaches et de Friville-Escabotin*, qui devaient être livrés le 9 avril. La vache part toujours quinze jours voir trois semaines avant la date de livraison. "Quand Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des écoles, mercredi, j’étais dépitée, mais j’ai tout de suite réagi», témoigne l’éleveuse.

Post sur Facebook, appels et messages à son réseau personnel… Carine s’est démenée pour trouver «un plan B». «Une génisse représente trente colis de 10 kg. Je ne les ai pas atteints, mais j’ai proposé beaucoup de vente au détail, et les clients ont répondu présents.» Elle va notamment faire une grosse livraison près d’Arras, où elle a conservé un réseau d’amis d’enfance, qui ont relayé son annonce. «La casse est limitée, mais c’était du stress et beaucoup d’énergie dépensée», avoue-t-elle.

Le gros point d’interrogation, désormais, repose sur la vache prévue pour le 20 mai à destination des collèges, et qui doit donc partir pour l’abattoir dans une quinzaine de jours. «D’ici-là, les établissements scolaires sont censés être rouverts, mais c’est un risque à prendre.» Toute une organisation est à nouveau chamboulée, car pour livrer cinq établissements à raison d’une bête par mois, Carine a établi un programme à l’année. «Cela permet de faire une finition optimale de nos vaches, pour garantir la meilleure qualité possible. On aime le travail bien fait !»

 

Reconditionnement et prix cassés

À la Laiterie de la Baie, à Ponthoile, Christelle Fromentin est dans le même embarras. Les yaourts, beurre, lait, et crème fraîche qui étaient au menu de la semaine des six collèges et lycées qu’elle livre chaque semaine lui restent sur les bras. «Nous travaillons à J-8 pour préparer les commandes. Il va donc falloir reconditionner les préparations pour pouvoir vendre aux particuliers et mettre en place deux semaines de promotions pour écouler le maximum», se désole-t-elle. L’enjeu est de satisfaire des clients qui cherchent dans les produits fermiers de l’ultra-frais. «Nous avons une DLC (date limite consommation, ndlr) de vingt-cinq jours, et les gens achètent rarement au-delà de deux semaines avant cette DLC.»

«Les annonces gouvernementales sont toujours faites à la dernière minute, et à chaque fois, c’est un nouveau défi que nous devons relever pour écouler nos produits déjà fabriqués»

Pour l’agricultrice, c’est l’urgence qui est le plus dur à gérer. «Les annonces gouvernementales sont toujours faites à la dernière minute, et à chaque fois, c’est un nouveau défi que nous devons relever pour écouler nos produits déjà fabriqués», souligne-t-elle. Lors du premier confinement, il y a un an, 47 % du chiffre d’affaires ont été perdu du fait de la fermeture des restaurants et des écoles. «Les gens se sont rués sur les commerce de proximité comme le nôtre. Ça n’a pas compensé la totalité des pertes, mais ça en a sauvé une partie. Le déconfinement a été une épreuve de plus, car les gens sont retournés travailler et ont réduit leurs achats de proximité, alors que les restaurants n’ont pas rouvert et que les cantines n’ont pas commandé autant qu’avant.» Qu’en sera-t-il cette fois-ci ? La saison touristique sur laquelle la Laiterie de la Baie mise beaucoup, dont Pâques sonne le coup d’envoi, est sacrément retardée.

Pour être moins dépendant des consommations urbaines et touristiques, Christelle Fromentin mise sur d’autres canaux de vente. «Nous avons développé notre propre site de vente en ligne, et nous avons mis en place un système de livraison dans un rayon de 10 km. Nous vendons aussi grâce au Drive fermier qu’a mis en place la chambre d’agriculture.» Ne pas mettre tous ces œufs dans le même panier est une stratégie efficace en temps de crise.

 

*via la plateforme de vente aux professionnels et aux collectivités Approlocal

 

 

«On fait marcher nos réseaux»

Depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des écoles, mercredi soir, le téléphone de Céline Rivet, en charge d’Approlocal, ne cesse de sonner. Les décommandes pleuvent. «L’annonce de dernière minute place tout le monde dans une situation délicate. Nous accompagnons au mieux les producteurs en faisons marcher nos réseaux pour qu’ils puissent vendre leurs produits. Même pour les chefs des cuisines c’est compliqué. Ils se retrouvent avec des produits frais sur les bras», confie-t-elle. En cas d’impasse, la professionnelle oriente vers un don alimentaire, facilité par l’association Solaal Hauts-de-France.
Quelques commandes sont maintenues, comme pour les IME ou les maisons de retraite, «mais rien à voir avec le flux habituel.» Pour la rentrée, aucune commande n’est passée faute de visibilité. «Les chefs attendent d’avoir des certitudes.»

 

 

 

Les Drive fermiers ont un an

Drive fermier
Il y a un an, le confinement, avec fermeture des écoles, des restaurants, et même des marchés, plaçait les producteurs en circuit court dans une situation inédite. «Nous avons créé les Drive fermiers pour leur permettre de vendre leurs produits. Pour beaucoup, c’était le seul débouché», rappelle Alexandre Barbet, du service diversification de la Chambre d’agriculture de la Somme. Aujourd’hui, les points de retrait d’Amiens et d’Abbeville fonctionnent toujours. À Abbeville, entre dix et vingt commandes sont passées chaque semaine, quand une cinquantaine de personnes retirent leur panier à Amiens, le vendredi après-midi. «À Amiens, les commandes peuvent être passées sur le site internet jusqu’au mercredi soir, au lieu du mardi soir initialement. Ce délais supplémentaire a offert une quinzaines de paniers réservés en plus
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde