Aller au contenu principal

Filière avicole : une poule sur deux en élevages alternatifs à la cage d'ici 2022

La filière française des œufs a décidé de mettre les bouchées doubles pour tenir les objectifs qu’elle s’est fixés dans son plan de transition vers les élevages hors cages. Premier bilan.

Les coûts de production, en sortie d’élevages, seraient supérieurs d’environ 15 % pour le sol, de 22 % pour le plein air, d’environ 35 % pour le Label Rouge, et sont plus que doublés (+ 113 %) pour les élevages conduits 
selon les règles de l’agriculture biologique, selon les calculs du CNPO.
Les coûts de production, en sortie d’élevages, seraient supérieurs d’environ 15 % pour le sol, de 22 % pour le plein air, d’environ 35 % pour le Label Rouge, et sont plus que doublés (+ 113 %) pour les élevages conduits
selon les règles de l’agriculture biologique, selon les calculs du CNPO.
© P. le Douarin



L’interdiction des œufs coquilles issus d’élevages en cages à partir de 2022, promesse d’Emmanuel Macron, n’a pas été finalement retenue dans la loi Agriculture et alimentation, promulguée le 2 novembre dernier. Seule a été votéew l’interdiction de la mise en production de tout bâtiment nouveau ou réaménagé d’élevage de poules pondeuses élevées en cages. Un soulagement pour la filière.
Reste que, quelques mois auparavant, les principales enseignes de la grande distribution se sont engagées à arrêter la commercialisation de ces produits, le plus souvent à l’horizon 2020 pour les marques de distributeurs, et horizon 2025 pour les marques nationales comme Matines (à l’exception de Casino qui souhaite arrêter dès 2020, ndlr). Conclusion : entre les attentes sociétales et la pression de la grande distribution, la filière n’a d’autre choix que de s’engager dans la transition vers les élevages hors cages.
Lancé en 2015, le plan volontaire de transition vers les élevages hors cages a pour objectif d’atteindre une poule sur deux en élevages alternatifs à la cage aménagée d’ici 2022. En un an, de 2016 à 2017, le nombre de poules élevées au sol, en plein air ou en bio a bondi de plus de 13 %. Et près de deux poules sur cinq sont en élevage alternatif (37 %). Soit plus du double qu’en 2002 (16,5 %) et quatre points de plus qu’en 2016 (33 %). Si ce n’est pas le «grand bond en avant», pour paraphraser Mao Zedong, «la filière française avance à grands pas dans la transition et à une vitesse supérieure à ce qui était prévu», se félicite le CNPO, l’interprofession des œufs.
Reste que sur une production de 14,9 milliards d’œufs en France, 63,3 % correspondent encore à des œufs «standards», soit issus des élevages en cages, contre 35,2 % d’œufs de plein air, 10,2 % d’œufs bio, 6,4 % au sol et 5 % Label Rouge. Une fois cela dit, la part des poules pondeuses élevées en cages aménagées a, en quinze ans, chuté de vingt points, passant de 83,5 % en 2002 à 63,3 % en 2017. Mais, comme le suggère Claude Dumoulin, ancien directeur général de Matines, «pour atteindre l’objectif fixé, il faudra bien dix ans».

Une transition qui coûte cher
La stratégie de transition massive des élevages en cages vers les élevages alternatifs représente un coût non négligeable pour la filière française de l’œuf, à savoir un minimum de 277 millions d’euros afin d’arrêter la production de près de neuf millions de poules élevées actuellement en cages et mettre en place le même nombre de poules en systèmes alternatifs. Sans compter que les coûts de production des élevages dits alternatifs sont supérieurs à ceux des élevages en cages. Le CNPO estime que ces coûts, en sortie d’élevages, sont supérieurs d’environ 15 % pour le sol, de 22 % pour le plein air, d’environ 35 % pour le Label Rouge, et sont plus que doublés (+ 113 %) pour les élevages conduits selon les règles de l’agriculture biologique.
Et des coûts de production à la hausse avec l’augmentation des prix des matières premières, que ce soit les céréales ou les oléagineux, qui ont fortement augmenté cette année, et restent sous tension pour les mois à venir en raison des mauvaises récoltes et des conditions macroéconomiques défavorables. L’indice Itavi a ainsi augmenté de 16,6 % entre décembre 2017 et août 2018, équivalant à une hausse de prix de revient de l’œuf de 10 % en moyenne (l’aliment constituant 60 % du prix de revient de l’œuf). A cela s’ajoutent les hausses des coûts de transport et d’emballage. Aussi l’interprofession demande-t-elle une revalorisation rapide des prix de vente des ovoproduits et des œufs coquilles auprès des clients de la filière pour maintenir l’équilibre économique.
Et d’autant que, même si les éleveurs, qui avaient investi, cinq ans après la mise aux normes des cages, au 1er janvier 2012, retrouvent des capacités de financer de nouveaux projets, la viabilité économique de leurs exploitations restent fragiles. Comme le rappelle le président de la Confédération française de l’aviculture, Jean-Michel Schaeffer, «on ne change pas de production du jour au lendemain. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de temps». Du temps, mais aussi des hectares pour le passage en œufs alternatifs, sujet crucial s’il en est pour la transition, mais rarement énoncé. Autre risque : cette marche accélérée peut entraîner, au final, une désorganisation et une inadaptation entre l’offre et la demande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde