Aller au contenu principal

Haussoulier apporte son soutien aux chasseurs confinés

Une réunion de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) doit se tenir cet après-midi, jeudi 5 novembre, dans la Somme pour échanger sur d'éventuelles dérogations au confinement pour la pratique de certaines activités cynégétiques. Le président du Conseil départemental, Stéphane Haussoulier apporte son soutien à ceux qui demandent des dérogations larges.

Nouvellement élu président du Conseil départemental de la Somme, Stéphane Haussoulier prend parti pour les chasseurs de gibier qui demandent à pouvoir pratiquer leur loisir en période de confinement.
Nouvellement élu président du Conseil départemental de la Somme, Stéphane Haussoulier prend parti pour les chasseurs de gibier qui demandent à pouvoir pratiquer leur loisir en période de confinement.
© V.F.

L'hypothèse selon laquelle seules les activités de régulation des espèces susceptibles d'occasionner des dégâts pourraient être autorisées dans le département de la Somme ne passe pas. Une réunion de la CDCFS doit se tenir cet après-midi à Amiens, laquelle sera suivie de la prise d'un arrêté par la préfète du département grâce auquel les chasseurs seront fixés sur ce qu'il est possible de faire ou non en période de confinement.

Après que le collectif « Chasseurs en colère » se soit réuni hier soir (mercredi) à l'initiative d'associations de chasseurs de gibier d'eau à Saint-Valery-sur-Somme pour demander la possibilité de chasser sous certaines conditions, c'est au tour du nouveau président du Conseil départemental de la Somme – il a été élu lundi 2 novembre -, Stéphane Haussoulier de prendre part au débat.

Lutte contre les dégâts

Ce 5 novembre, l'élu départemental et ancien maire de Saint-Valery explique dans un communiqué avoir adressé une demande à Barbara Pompili, ministre de la Transition Ecologique, et Muriel Nguyen, Préfète de la Somme, visant à « autoriser la pratique de la chasse durant le confinement et de faire confiance aux chasseurs, acteurs d’une mission d’intérêt général, en leur accordant des dérogations de déplacement pour cette activité ».

Pour justifier cette demande, Stéphane Haussoulier fait sien les arguments avancés par la fédération des chasseurs de la Somme et la profession agricole samarienne : « L’exercice de la chasse, aujourd’hui, permet également d’éviter un trop grand nombre de collisions pour les usagers de la route et le trafic ferroviaire, mais aussi de lutter efficacement contre les espèces susceptibles d’occasionner de sévères dégâts dans les cultures de nos agriculteurs, au printemps prochain », détaille-t-il.

Pas de risque en pleine nature

En ce qui concerne la chasse du gibier d'eau, suspendue jusqu'à nouvel ordre, le président du Département fait valoir le rôle de « sentinelle » sanitaire que les chasseurs de migrateurs pourraient jouer, notamment en cette période de recrudescence de l'influenza aviaire. Enfin, souligne Stéphane Haussoulier, de manière plus pragmatique, « la situation des chasseurs isolés, en pleine campagne dans les champs, dans les bois, ou dans leurs huttes ouvertes à tout vent, n’est pas de nature à favoriser la propagation du virus ». Et ce dernier de s'étonner « que l’on autorise des rassemblements de clients dans les grandes surfaces, ou encore les activités sportives dans un rayon de moins d’un kilomètre de son domicile ».

Pour toutes ces raisons, conclut-il, « l’appel des chasseurs dans toute leur diversité, doit être entendu au même titre que toutes les autres activités de nature sont actuellement autorisées ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde