Aller au contenu principal

Haussoulier apporte son soutien aux chasseurs confinés

Une réunion de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) doit se tenir cet après-midi, jeudi 5 novembre, dans la Somme pour échanger sur d'éventuelles dérogations au confinement pour la pratique de certaines activités cynégétiques. Le président du Conseil départemental, Stéphane Haussoulier apporte son soutien à ceux qui demandent des dérogations larges.

Nouvellement élu président du Conseil départemental de la Somme, Stéphane Haussoulier prend parti pour les chasseurs de gibier qui demandent à pouvoir pratiquer leur loisir en période de confinement.
Nouvellement élu président du Conseil départemental de la Somme, Stéphane Haussoulier prend parti pour les chasseurs de gibier qui demandent à pouvoir pratiquer leur loisir en période de confinement.
© V.F.

L'hypothèse selon laquelle seules les activités de régulation des espèces susceptibles d'occasionner des dégâts pourraient être autorisées dans le département de la Somme ne passe pas. Une réunion de la CDCFS doit se tenir cet après-midi à Amiens, laquelle sera suivie de la prise d'un arrêté par la préfète du département grâce auquel les chasseurs seront fixés sur ce qu'il est possible de faire ou non en période de confinement.

Après que le collectif « Chasseurs en colère » se soit réuni hier soir (mercredi) à l'initiative d'associations de chasseurs de gibier d'eau à Saint-Valery-sur-Somme pour demander la possibilité de chasser sous certaines conditions, c'est au tour du nouveau président du Conseil départemental de la Somme – il a été élu lundi 2 novembre -, Stéphane Haussoulier de prendre part au débat.

Lutte contre les dégâts

Ce 5 novembre, l'élu départemental et ancien maire de Saint-Valery explique dans un communiqué avoir adressé une demande à Barbara Pompili, ministre de la Transition Ecologique, et Muriel Nguyen, Préfète de la Somme, visant à « autoriser la pratique de la chasse durant le confinement et de faire confiance aux chasseurs, acteurs d’une mission d’intérêt général, en leur accordant des dérogations de déplacement pour cette activité ».

Pour justifier cette demande, Stéphane Haussoulier fait sien les arguments avancés par la fédération des chasseurs de la Somme et la profession agricole samarienne : « L’exercice de la chasse, aujourd’hui, permet également d’éviter un trop grand nombre de collisions pour les usagers de la route et le trafic ferroviaire, mais aussi de lutter efficacement contre les espèces susceptibles d’occasionner de sévères dégâts dans les cultures de nos agriculteurs, au printemps prochain », détaille-t-il.

Pas de risque en pleine nature

En ce qui concerne la chasse du gibier d'eau, suspendue jusqu'à nouvel ordre, le président du Département fait valoir le rôle de « sentinelle » sanitaire que les chasseurs de migrateurs pourraient jouer, notamment en cette période de recrudescence de l'influenza aviaire. Enfin, souligne Stéphane Haussoulier, de manière plus pragmatique, « la situation des chasseurs isolés, en pleine campagne dans les champs, dans les bois, ou dans leurs huttes ouvertes à tout vent, n’est pas de nature à favoriser la propagation du virus ». Et ce dernier de s'étonner « que l’on autorise des rassemblements de clients dans les grandes surfaces, ou encore les activités sportives dans un rayon de moins d’un kilomètre de son domicile ».

Pour toutes ces raisons, conclut-il, « l’appel des chasseurs dans toute leur diversité, doit être entendu au même titre que toutes les autres activités de nature sont actuellement autorisées ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde