Aller au contenu principal

Négoce
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme

Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte des céréales dans l’Amiénois. Elle sera opérationnelle dans quelques jours.

Groupe Carré
Présent dans le nord-est de la Somme et de l’Oise, dans la Santerre et dans le Saint-Quentinois, le Groupe Carré compte désormais une nouvelle base dans l’Amiénois, témoin d’une volonté d’expansion géographique.
© V.F.

Une vingtaine d’agriculteurs étaient présents ce mardi 21 juin à Camps-en-Amiénois pour découvrir les installations dans lesquelles certains d’entre eux pourront livrer leurs céréales dans quelques jours. L’entreprise de négoce, dont le siège est à Gouy-sous-Bellonne (62), vient en effet d’officialiser un partenariat avec un agriculteur de la commune samarienne de Camps-en-Amiénois, à une trentaine de kilomètres d’Amiens, pour la mise à disposition d’un bâtiment qui servira de dépôt pour la moisson 2022. La raison de cette implantation ? « Répondre à une demande de nos clients et s’installer durablement dans un secteur où la coopération a voulu faire place nette du négoce », expliquait Frédéric Carré, président du Groupe Carré.  « Avec le négoce, on a le choix d’y venir ou pas », a-t-il poursuivi. Responsable « céréales » de l’entreprise, Jean Deray défendait quelques minutes plus tôt la nouvelle implantation du Groupe Carré dans ce secteur par une volonté « d’être présent dans une région où nous sommes peu implantés », et « d’offrir une alternative ».

Une implantation pour durer

Pour Frédéric Carré, il s’agit d’une étape supplémentaire dans la stratégie de conquête du groupe éponyme : « On a environ 90 silos à travers la région Hauts-de-France, mais nous n’avions pas encore de base par ici. Notre nombre de clients augmente régulièrement pour une collecte qui atteint aujourd’hui 900 000 tonnes de céréales ». Frédéric Carré est la troisième génération à diriger une entreprise qui se veut « familiale et indépendante », selon ses propres termes. L’avenir ? Le dirigeant l’envisage serein : « Depuis 6 ans, on a fait entrer la quatrième génération dans l’entreprise. C’est  aussi cette génération qui occupe la direction générale depuis un an ». En ce qui concerne l’expansion géographique du groupe aux 300 millions de chiffre d’affaires, M. Carré est formel : « Nous avons la culture du partenariat et on travaille sur un temps long. Nous ne sommes pas là pour faire du one shot ». Pour séduire et convaincre, le président du groupe défend une gestion « en bon père de famille », et rappelle que son entreprise a été parmi les premières de France à installer une ferme-pilote qui lui sert à mener des essais, accueillir des groupes d’agriculteurs pour travailler sur des techniques innovantes, ou encore participer à la diffusion de nouvelles pratiques. 

Prêt pour la moisson

La plateforme de Camps-en-Amiénois a quant à elle vocation à stocker de manière temporaire les céréales d’agriculteurs situés dans un rayon « de 6 à 7 kilomètres à la ronde », a expliqué pour sa part Gautier Dufour, directeur commercial du Groupe Carré. Si la capacité du site est « d’environ 3000 tonnes », toujours selon M. Dufour, il ne s’agit toutefois que d’une plateforme « tampon » : « Des rotations vont être mises en place régulièrement pour expédier la marchandise vers d’autres silos, soit directement vers nos clients », explique-t-on au Groupe Carré. Sur place, un salarié saisonnier sera chargé de gérer les entrées et sorties. Quant au pont-bascule destiné à chiffrer ces mouvements, « il sera installé dans quelques jours », assure Gautier Dufour. « Nous serons dans les temps pour réceptionner les premières bennes ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Rien qu’en 2022, la facture énergétique pour Sodiaal s’élève à 100 millions  d’euros supplémentaires par rapport  à l’an dernier.
Sodiaal décroche et s’en excuse auprès de ses coopérateurs
À la traîne depuis quelques mois en matière de prix du lait payé aux éleveurs par rapport à d’autres entreprises laitières, la…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde