Aller au contenu principal

Le houblon de la Noye livre ses saveurs dans les bières samariennes

Depuis 2017, la famille Tabuteau produit du houblon bio à Chaussoy-Épagny. La récolte avait lieu cette semaine, et sera transformée dans les brasseries locales. 

Une fois le petit pont de bois traversé, on a l’impression d’être en Amazonie. Dans cette parcelle d’1 ha, nichée au milieu des marais de la Noye, à Chaussoy-Épagny, des lianes de 6 mètres de haut y poussent à merveille. Il s’agit de la houblonnière de la Noye, créée en 2017 par la famille Tabuteau. Un projet de diversification ambitieux pour l’exploitation de céréales, lin, pommes de terres fécules et betteraves. Cette semaine, l’heure était à la récolte du houblon. 

«Un jour, nous sommes allés à un festival à Amiens. Avec mon mari, nous nous sommes allongés dans des hamacs, au parc Saint-Pierre, et nous avons admiré le houblon qui y pousse. Ça nous a donné l’idée d’en produire, et toute la famille a été emballée par le projet», raconte Véronique Tabuteau. Le verger abandonné s’avérait l’endroit idéal. «Le houblon, plante pérenne de la famille des Cannabaceae, aime les terrains humides», précise Quentin Tabuteau. 

Même dans des conditions idéales, la culture de cette plante s’avère très chronophage. Il a d’abord fallu installer la houblonnière : préparer les rangs, installer les poteaux de la structure, tendre les câbles, et planter les plants de Challenger, Cascade et Golding. Ces trois variétés ont été choisies pour leur bonne résistance aux maladies, puisque la houblonnière est menée en agriculture biologique. Chaque année, il faut installer les tuteurs, des cordes de coco bio. La pousse démarre au printemps, et le travail consiste alors en la mise au fil, soit enrouler la plante autour de son tuteur. «Elle doit absolument s’effectuer dans le sens des aiguilles d’une montre, sinon, ça ne pousse pas», note Véronique. Les exploitants peuvent compter sur la précieuse main-d’œuvre d’un Esat (établissements ou services d’aide par le travail) d’Amiens pour cela. 

 

Séparer les cônes du reste

En cette deuxième semaine de septembre, douze personnes, famille, amis, étudiants et brasseurs, s’activaient à la récolte. Celle-ci s’avérait plutôt bonne. «C’était une année délicate, car humide. Le houblon est sensible au mildiou. La plante a aussi manqué de luminosité. Mais le résultat n’est pas si mal», commente Quentin Tabuteau. Trois équipes ont été formées. La première est à la houblonnière, pour couper les tuteurs en bas et en haut, depuis une nacelle, et poser les lianes sur les remorques. La deuxième achemine le tout vers l’exploitation, où la troisième équipe s’active. Le houblon est placé dans la récolteuse, munie de rouleaux de battage, qui séparent les cônes du reste de la plante. La matière verte servira au compost, et les cônes sont placés dans le séchoir. «Il est composé de quatre niveaux. Les cônes descendent d’un niveau toutes les deux heures. En huit heures, ils passent de 80 % à 14 % d’humidité», précise Paul Decoëne, membre de la famille.  L’alimentation du séchoir est physique. «En trois ou quatre jours, je perds les kilos que j’ai cumulé à cause de la bière», plaisante-t-il. 

 

La lupuline, l’arôme des bières 

Ces cônes renferment une précieuse poudre jaune nommée lupuline. «C’est elle qui transmet l’arôme et l’amertume à la bière», assure Antoine Farcy, à la tête de la brasserie à la Noye, à Quiry-le-sec, à 3 km. Chaque année, le brasseur prête main forte pour la récolte. La houblonnière de la Noye a d’ailleurs été le déclic de son projet. «Je voulais produire une bière bio, mais trouver du houblon bio français n’est pas évident. Cette activité était l’opportunité rêvée.» 

La production de Chaussoy-Épagny (entre 1 et 1,5 t de matière sèche par an) a largement de quoi combler les besoins d’une quinzaine de brasseries locales, toutes situées à moins d’une heure de trajet. «On compte environ 500 g de houblon pour 100 l de bière», détaille Antoine Farcy. Ainsi, l’Avale Quiry, blonde, typée abbaye, à la coriandre et aux écorces d’oranges amères, la Pale amère à boire, blonde houblonnée type IPA anglaise, ou encore la S’tout une histoire, noire, type stout irlandais, sont toutes sublimées par le houblon bio local. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Pulpes
Tereos met les pieds dans le plat de pulpes avant le début de campagne
Les adhérents de la coopérative Tereos ont reçu il y a quelques jours (11 avril) une note dans laquelle le groupe détaille les…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Première étape pour les candidats, sous l’œil attentif du responsable de production de Picvert, Christophe Ringard (à g.) : différencier un chénopode d’une pousse de mâche.
Les indispensables petites mains des champs se raréfient
Chaque printemps, le casse-tête de la main-d’œuvre est de plus en plus sévère pour les producteurs de légumes. Le Groupement d’…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde