Aller au contenu principal

Filière lait
Le lait français résiste bien à la concurrence

Syndilait, l’organisation professionnelle qui regroupe en France la majorité des fabricants de laits de consommation liquides a présenté, le 24 avril, les chiffres du marché du lait conditionné. La filière s’inquiète des nouvelles règles françaises et européennes qui contraignent son développement. 

© D.R.

Le lait conditionné français a assez bien consolidé ses positions sur la scène internationale. Les producteurs laitiers ont fourni un volume total de production de lait de vache de presque 23 millions de tonnes (Mt), soit le deuxième européen derrière l’Allemagne avec 31,5 Mt. Environ 12 % de ces 23 Mt (2,7 Mt) ont été transformés en lait liquides conditionnés. Elle en a exporté 98 600 tonnes principalement en Italie (45 957 tonnes / 46,6 %) loin devant la Chine (4,4 % / 4 338 tonnes) et le Royaume-Uni (4,3 % / 4 240 tonnes). 55 % de lait conditionné envoyé hors des frontières françaises est destiné à l’Union européenne. En contrepartie, la France a importé 24 800 tonnes de lait majoritairement de Belgique (65 %) et d’Allemagne (15 %). En volume et en valeur, le solde de la balance commerciale sur ce segment reste positif : +7 390 Mt et + 69 millions d’euros. La filière du lait conditionné reste toujours souveraine car depuis 2015, les importations de lait conditionné ont reculé de 90 %. 

Prix moyen : 1,06 €/litre

Sur le marché intérieur, la consommation globale du lait conditionné a légèrement augmenté, passant de 2,65 Mt en 2022 à 2,7 Mt en 2023, soit +1,8 %. « Cette hausse est notamment due à la reprise de l’utilisation du lait en restauration hors domicile » a expliqué Romain Duerbergue, président de Syndilait. L’activité a ainsi retrouvé sa consommation pré-Covid (2019). Cette tendance devrait s’accentuer à la faveur de la loi Climat et Résilience qui élargit, depuis le 1er janvier 2024 à la restauration collective privée, l’obligation de proposer au moins 50 % de produits durables sous signe d’origine ou de qualité. 

S’il s’est vendu un peu moins de lait conditionné en grande surface en 2023 (2,15 milliards de litres -Mdl contre 2,19 Mdl en 2022), les grandes surfaces représentent toujours le meilleur vecteur pour vendre le produit : 98 % des volumes de lait UHT sont vendus en grande distribution.

Le marché global sur ce segment a généré 2,7 milliards d’euros (Md€) de chiffre d’affaires, en hausse de +13,4 % par rapport à 2022. Sans doute faut-il y voir un des effets de la hausse globale des cours qui « ont suivi et tenu compte de la hausse des coûts de production », a indiqué Romain Duerbergue. Le prix moyen du litre de lait conditionné est d’1,06 €, en hausse de 0,16 € par rapport à 2022. « Ce prix n’est pas usurpé », a témoigné Nicolas Houdmon, éleveur à Pommerieux (Mayenne) qui plaide pour une meilleure valorisation du métier et du produit. D’ailleurs, cette hausse de 16 centimes n’a eu « aucun impact sur la consommation », a analysé Emmanuel Vasseneix, vice-président de Syndilait. Mais 10 % du lait est encore vendu sous l’euro du litre. « Ça donne une mauvaise image du produit. A un euro du litre, est-ce qu’on vole le consommateur ? Je ne pense pas », a-t-il tranché.

Décarbonation 

Emmanuel Vasseneix est, en revanche, beaucoup inquiet sur l’impact des règles juridiques, françaises et européennes, sur l’économie de cette filière. Syndilait est notamment très irrité par le Nutriscore qui a fait changer le lait de catégorie. Autrefois considéré comme aliment, il est désormais classé comme « boisson ». Avec pour conséquence l’obligation pour les industriels d’aménager ou de changer leurs lignes de production pour doter les packs de lait de bouchons solidaires, comme les bouteilles d’eau en plastique. « Avec le bouchon solidaire (attaché, ndlr), on a bouffé du fric pour rien. L’argent aurait été mieux utilisé ailleurs (…) Ce sont des investissements qui auraient été plus utiles dans d’autres secteurs, comme celui de la décarbonation », a-t-il lâché. « En 20240, je ne sais pas comment on va conditionner le lait », a-t-il ajouté pénalisant le manque de visibilité politique et technique de la loi (AGEC) qui met fin aux bouteilles à usage unique. Syndilait n’en continue pas moins de poursuivre son plan 3R « Recyclage, réduction et réemploi » des emballages, en réincorporant 25 % de matière plastique dans leurs emballages à l’horizon 2025 et 30 % à l’horizon 2030. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde