Aller au contenu principal

«Le monde agricole est excédé par les vols»

e 24 juin, un homme de vingt-trois ans, habitant de Muille-Villette, a été condamné à de la prison ferle par le Tribunal de grande instance d’Amiens, pour de multiples vols de batteries de matériel d’irrigation. Une petite victoire pour les agriculteurs qui cumulent les vols.

Les gendarmes sont parvenus à arrêté un suspect de vol de matériel d'irrigation survenus fin mai - début juin : celui-ci écope de prison ferme.
Les gendarmes sont parvenus à arrêté un suspect de vol de matériel d'irrigation survenus fin mai - début juin : celui-ci écope de prison ferme.
© A. P.

Les vols de matériel d’irrigation sont un fléau pour les agriculteurs irrigants. Si bien que l’un d’eux, du secteur de Ham, a eu l’ingénieuse idée d’équiper sa batterie d’un trieur GPS. «Je m’étais fait voler une batterie qui alimente mon enrouleur dans la nuit. Le concessionnaire chez qui je suis allé en acheter une nouvelle m’a signalé qu’il en avait vendu quartante dans la matinée. Ça m’a mis la puce à l’oreille», expliquait-il à la barre du tribunal de grande instance d’Amiens, ce 24 juin. Son initiative a payé, puisque les gendarmes sont parvenus à localiser cette batterie, elle aussi rapidement dérobée, chez un revendeur de métaux, qui a dénoncé ses fournisseurs.

Un habitant de Muille-Villette, âgé de vingt-trois ans, soupçonné d’avoir dérobé trente-six batteries, du gasoil et des caisses à salades à quatorze agriculteurs, à Esmery-Hallon, Ercheu, Sollente, Hombleux, Somette, Eaucourt, Libermont, Roisel, etc. entre le 27 mai et le 11 juin, a reconnu en partie les faits. Il comparaissait ce mercredi. «Avec un ami, on se baladait dans les champs le soir, et on volait les batteries. On les cachait dans un bois en attendant de les amener chez le revendeur», explique-t-il.

Il assure néanmoins avoir dérobé une quinzaine de batteries «seulement», mais pas un litre de gazoil ni quoi que ce soit d’autre. La vente de batteries lui aurait rapporté environ 400 €, qu’il a dû partager avec son complice (lui n’a pas été arrêté). Le jeune homme, hébergé chez ses parents depuis sa sortie de prison en fin d’année 2019, utilisait l’argent pour «faire la teuf et acheter des stupéfiants». «Je n’avais pas conscience des conséquences que ça pouvait avoir pour les agriculteurs», s’est-il excusé.

«Certains agriculteurs saturent»

Car les conséquences sont bien réelles : «J’ai huit appareils dans plusieurs communes, et je me suis fait voler dix-neuf batteries en trois semaines, témoignait un irrigant. À chaque fois, il faut acheter une batterie neuve, entre 60 et 250 € selon le modèle et passer parfois une demi-journée pour tout réparer.» La perte est aussi conséquence en termes de cultures : «Le rouleau ne fonctionne plus, donc le canon envoie de l’eau en continu au même endroit jusqu’à ce qu’on s’en aperçoive. Le sol est noyé et les pommes de terre sont fichues.» Sans compter le manque d’eau dans le reste de la parcelle.

«Heureusement que cet homme a été arrêté par un gendarme, scande un autre agriculteur victime. Le monde agricole en a ras le bol des dégradations et des vols. Certains sont à saturation, et je redoute que ça aille plus loin un jour…»

Le multirécidiviste (huit mentions au casier judiciaire pour vols, conduite sans permis et consommation de stupéfiants) écope de quatorze mois d’emprisonnement avec mandat de dépôt, dont six avec sursis, et l’obligation de dédommager les victimes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde