Aller au contenu principal

Les fermiers vigilants sur le statut du fermage

À la veille de son 75e congrès, la Section nationale des fermiers et métayers de la FNSEA (SNFM) qui organisait une conférence de presse entend apporter ses réflexions pour nourrir la future loi d’orientation agricole (LOA).

«Le statut du fermage constitue l’un des piliers d’une transmission réussie», assure Patrice Chaillou, secrétaire de la SNFM.
«Le statut du fermage constitue l’un des piliers d’une transmission réussie», assure Patrice Chaillou, secrétaire de la SNFM.
© Pixabay

Les administrateurs de la Section nationale des fermiers et métayers (SNFM) en sont convaincus :
«le statut du fermage constitue l’un des piliers d’une transmission réussie», a assuré le secrétaire général, Patrice Chaillou. Encore faut-il lui conserver le statut protecteur qu’il possède encore, même si les fermiers et métayers concèdent qu’un toilettage à la marge est possible. Mais pas à n’importe quel prix. Ainsi s’inquiètent-ils de la proposition de loi déposée en janvier par deux députés, Jean Terlier (Renaissance, Tarn) et Sacha Houlié (Renaissance, Vienne). Leur texte envisage notamment de limiter à trois le nombre de renouvellements des baux avec un même preneur. Il autorise la sous-location pour certaines cultures et ancre le défaut d’entretien du fonds comme motif de résiliation d'un bail. «On ne voit pas très bien où ces députés veulent en venir avec cette loi», a expliqué Sébastien Delafosse, membre du conseil d’administration de la section. 

Accord avec les propriétaires

La section sociale de la FNSEA souhaite en revanche inscrire dans la future loi d’orientation agricole l’accord qu’elle a passé avec la section nationale des propriétaires ruraux (SNPR) il y a deux ans et qui porte sur six grands points. Un accord qui vise à «moraliser les pratiques», avaient alors indiqué les intéressés. Il s’agit notamment de rendre les indemnités de sortie dépendantes de l’existence d’un état des lieux, de réviser un “fermage anormal” (en général trop élevé) au bout de six ans ou encore de permettre un accord amiable sur les travaux, les constructions, etc. Cette dernière disposition pourrait notamment être utile quand un fermier se voit proposer l’implantation de panneaux photovoltaïques. La SNFM ne s’oppose pas par principe à l’agrivoltaïsme, mais s’inquiète de ne pas pouvoir profiter des compléments de revenus que peut générer cette activité. «Les opérateurs ne veulent pas s’embêter à écrire des contrats tripartites, entre le propriétaire, le fermier et eux-mêmes», a expliqué Patrice Chaillou. Surtout, la SNFM souhaite avant tout que les terres restent destinées à l’alimentation. «Il existe d’autres lieux, comme les friches industrielles, les toits, les parkings, etc. où installer ces panneaux», a-t-il ajouté, regrettant que «le complément de revenu existe peut-être pour le propriétaire exploitant, mais pas pour les fermiers, et cela va entraîner une division supplémentaire dans nos campagnes».

Mise à bail 

Enfin, la SNFM souhaite «aller plus loin sur la défiscalisation. Plus loin que la seule exonération de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB)», a plaidé le secrétaire général, demandant d’élargir cette défiscalisation aux «revenus du foncier si on veut de réels bailleurs qui mettent à bail». Concrètement, la SNFM souhaiterait appliquer la fiscalité des baux de 18 ans aux baux de 9 ans. À travers ces dispositifs, «on encourage la mise à bail pour installer beaucoup plus de jeunes». Autrement dit, la SNFM veut alléger la charge financière qui pèse sur l’installation, car «les capitaux investis sont aujourd’hui très importants», a souligné Patrice Chaillou. 

Le 75e congrès à Villerest (Loire)

Le 75e congrès de la SNFM se déroulera les mercredi 22 et jeudi 23 février à Villerest (Loire). Après une traditionnelle session à huis-clos (le 22 février) et la présentation des différents rapports, les travaux se poursuivront en «carrefours régionaux». Quatre groupes de travail plancheront sur deux thèmes :
«Les conditions de réussite pour une meilleure transmission» et «Comment définir “être agriculteur en 2030” ?». Le 23 février, se tiendra une table ronde sur le thème : «Le statut du fermage, pilier d’une transmission réussie» et la journée se terminera par les traditionnels discours du président de la SNFM et du représentant du ministre. À l’issue du congrès, les administrateurs se réuniront pour élire un nouveau bureau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde