Aller au contenu principal

Néonicotinoïdes : après les députés, le Sénat dit oui aussi

Le Sénat a donné son feu dans la nuit du 27 au 28 octobre à une ré-autorisation temporaire de l'utilisation des néonicotinoïdes pour la protection des betteraves par 184 voix contre 128.

Le travail de sensibilisation auprès des élus réalisé par le syndicalisme betterave "a porté ses fruits" s'est réjoui la CGB, suite à l'annonce du résultat du vote sur l'utilisation des NNI au Sénat.
Le travail de sensibilisation auprès des élus réalisé par le syndicalisme betterave "a porté ses fruits" s'est réjoui la CGB, suite à l'annonce du résultat du vote sur l'utilisation des NNI au Sénat.
© CGB Hauts-de-France

Le message adressé est « positif » selon les mots du président de la CGB, Franck Sander et il devrait permettre aux producteurs de « maintenir leurs surfaces pour les semis 2021 ». Après l'Assemblée nationale, le 6 octobre dernier, c'est le Sénat qui a donné son feu dans la nuit du 27 au 28 octobre à une ré-autorisation temporaire de l'utilisation des néonicotinoïdes pour la protection des betteraves contre le virus à l'origine de la jaunisse. Les élus du Palais du Luxembourg ont en effet adopté par 184 voix pour et 128 contre le projet de loi du gouvernement relatif « aux conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire pour les betteraves sucrières ».

Parmi les trois élus de la Somme, sans grande surprise, les élus de droite (Les Républicains) et du centre (Union centriste), Laurent Somon et Stéphane Demilly ont voté « pour ». Membre du groupe « Socialistes, écologistes et républicains », Rémi Cardon a voté « contre ».

Ce projet de loi permet des dérogations exceptionnelles à l'interdiction prévue à l'article L. 253-8 du code rural et de la pêche maritime portant interdiction de l'usage des néonicotinoïdes sur le territoire national, afin d'autoriser la filière betteravière à utiliser des semences traitées avec des produits phytopharmaceutiques de la famille des néonicotinoïdes.

Du temps pour trouver des alternatives

Pour le Sénat, cette dérogation a vocation à encadrer « strictement jusqu'au 1er juillet 2023 » l'utilisation des néonicotinoïdes, « dans l'attente de l'émergence d'une combinaison d'alternatives chimiques et non chimiques permettant de ne plus recourir à ces substances ». En outre, le projet de loi adopté par le Sénat crée un conseil de surveillance chargé du suivi et du contrôle de la recherche et de la mise en oeuvre d'alternatives aux produits phytopharmaceutiques contenant une ou des substances actives de la famille des néonicotinoïdes, ou présentant des modes d'action identiques à ceux de ces substances. Il sera composé de quatre députés et de quatre sénateurs, dont la présidente de la commission des affaires économiques et rapporteure du texte, Sophie Primas.

Dans un échange tendu avec le président du groupe écologiste au Sénat, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a souligné une nouvelle fois la situation « d'impasse » et des alternatives « qui n'existent pas ». Il a en outre rappelé fustigé « l'écologie de l'incantation » et rappelé son refus « de devoir importer du sucre en France de pays européens qui ont recours à la dérogation », ou d'autres pays producteurs.

Compromis sur le texte final

Alors qu'une récolte « catastrophique » se poursuit selon la CGB, son président Franck Sander a salué le mercredi 28 octobre l'adoption du texte par le Sénat : « L'adoption de ce projet de loi par le Sénat est essentiel pour notre filière », a-t-il déclaré. Reste désormais aux deux assemblées à trouver un « compromis » sur le texte final « au plus vite », selon les voeux du syndicalisme betteravier.

De son côté, la profession agricole devra « réussir la transition dans les 3 ans à venir, en s'appuyant sur la mise en oeuvre à la fois du plan de prévention de la filière et du plan de recherche ITB/INRAE », conclut M. Sander.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde